En ce moment
 
 

Bruno Le Maire veut continuer à baisser charges et impôts pour réindustrialiser

Bruno Le Maire veut continuer à baisser charges et impôts pour réindustrialiser
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à l'Elysée le 6 janvier, à l'occasion d'une réunion le président Emmanuel Macron et des membres de la Commission européenneLudovic MARIN
 
 

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a indiqué lundi vouloir pour le prochain quinquennat continuer à baisser les impôts de production ainsi que les charges sur les salaires supérieurs à 2,5 Smic afin de réindustraliser la France.

"Il faut poursuivre d'abord l'amélioration de la compétitivité, il faut continuer à baisser les impôts de production, il faut s'interroger sur la C3S et il faut s'interroger sur la baisse des charges au-dessus de 2,5 Smic", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse à Bercy.

Deux impôts de production ont été baissés de 10 milliards d'euros par an depuis 2020, la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) et la CFE (cotisation foncière des entreprises).

La C3S (contribution social de solidarité des sociétés) concerne les entreprises et frappe le chiffre d'affaires au-delà de 19 millions d'euros. Elle sert à financer l'assurance vieillesse.

"En deuxième lieu, il faut continuer à se battre sur la compétitivité hors coûts et l'amélioration de l'offre française", a ajouté Bruno Le Maire, qui a fustigé une "désertion industrielle depuis 30 ans" de laquelle il rend responsable les gouvernements successifs mais aussi les capitaines d'industrie français qui ont massivement délocalisé à l'étranger, estimant "qu'il valait mieux naviguer hors des eaux territoriales".

"La faiblesse de notre commerce extérieur est le reflet de la faiblesse de notre économie intérieure", a-t-il encore estimé, ajoutant "qu'il n'y a pas de grande nation avec une balance extérieure qui reste durablement déficitaire".

Les douanes françaises ont annoncé vendredi un déficit commercial record pour novembre de 9 milliards d'euros.

Selon le ministre "la seule solution, c'est la reconquête industrielle d'un pays qui est passé de 22% de son PNB à un peu moins de 10% et qui doit revenir aux alentours de 20%". "Cela sera long, difficile, ça demandera des décisions courageuses mais c'est la condition de la prospérité nationale", a asséné Bruno Le Maire qui fait de la reconquête industrielle sa priorité pour le prochain quinquennat à côté du rétablissement des finances publiques.


 

Vos commentaires