BVI.BE et les commerçants de Wavre tombent d'accord: recours au conseil d'Etat annulé

(Belga) Une convention concernant un projet de centre commercial sur l'ancien site Philips à Wavre Sud a été signée entre les commerçants de Wavre et le promoteur BVI.BE, indique mardi le cdH de Wavre. Les commerçants avaient introduit en février un deuxième recours au Conseil d'Etat pour tenter de contrer le permis délivré par la Région wallonne pour ce projet, craignant une concurrence avec le commerce de centre-ville. Ce recours est désormais annulé: la convention prévoit notamment que de nombreux produits commercialisés en ville ne seront pas vendus dans le nouveau centre.

Soumis à l'enquête publique en 2017, le projet de BVI.BE prévoit de réaménager l'ancien site Philips (ex-Mitra) de Wavre Sud en construisant un centre d'entreprise avec un bâtiment pour PME, un showroom, des locaux de coworking ainsi qu'un bâtiment de 9.000 mètres carrés comprenant sept unités commerciales. C'est ce dernier volet du projet qui inquiétait particulièrement les commerçants de Wavre. Ceux-ci avaient introduit un recours au Conseil d'Etat en mai 2018 contre le permis octroyé par la Région wallonne. Laquelle a retiré son premier permis pour en accorder un deuxième, contre lequel une trentaine de commerçants wavriens ont à nouveau introduit un recours, en février dernier. "C'était tout simplement une question de survie pour eux, face à un projet qui risquait d'accentuer encore plus la migration des clients vers un nouveau pôle extérieur plus facile d'accès et moins cher d'occupation. BVI.BE et son partenaire Mitiska, en charge du développement commercial du projet, l'ont bien compris et ont proposé aux commerçants de négocier une convention", indique le conseiller communal et président du cdH Brabant wallon Benoit Thoreau. Après plusieurs semaines de discussion, la convention en question est finalisée et vient d'être signée par les requérants. Elle annule dès lors leur recours au Conseil d'Etat. "Contrairement au permis délivré le 10 décembre 2018, la convention fixe un cadre précis à l'activité commerciale sur le nouveau site. En particulier, de nombreux produits tels que ceux commercialisés en centre-ville ne pourront pas y être vendus ou le seront de manière limitée", indique encore Benoit Thoreau. (Belga)

Vos commentaires