En ce moment
 

Canicule: deux réacteurs nucléaires arrêtés dans l'Ain et l'Isère

Canicule: deux réacteurs nucléaires arrêtés dans l'Ain et l'Isère
Centrale nucléaire de Fessenheim, photo du 19 janvier 2018FREDERICK FLORIN

Un réacteur de la centrale nucléaire de Saint-Alban en Isère et un autre de celle du Bugey dans l'Ain ont été arrêtés vendredi, afin d'éviter une hausse trop importante de la température du Rhône, a-t-on appris auprès d'EDF.

À Saint-Alban, l'arrêt du réacteur numéro 1 est effectif depuis la matinée ; celui du réacteur 2 du Bugey l'est depuis le milieu d'après-midi.

Ces centrales prélèvent en effet "de l’eau dans le Rhône pour assurer le refroidissement de (leurs) unités de production et pour alimenter les différents circuits nécessaires à (leur) fonctionnement", explique EDF.

En cas de fortes chaleurs, les centrales peuvent moduler la puissance de leurs unités de production "afin de limiter l’échauffement de l’eau prélevée puis restituée au Rhône", ajoute le producteur d'électricité sur le site de sa centrale de Saint-Alban.

Le réacteur 1 de Saint-Alban avait déjà été arrêté jeudi pour les mêmes raisons. Les réacteurs de Saint-Alban 2 et Bugey 3 avaient pour leur part vu leurs puissances réduites.

La production d'un des réacteurs de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) a également été réduite dans la nuit de jeudi à vendredi.

La plus vieille centrale du parc nucléaire français, dont la fermeture est programmée lorsque l'EPR de Flamanville entrera en activité, prélève elle de l'eau dans le Grand Canal d'Alsace.

EDF n'exclut pas de procéder à de nouvelles baisses de régime dans les jours qui viennent, les deux-tiers du pays étant en vigilance orange canicule. La chaleur devrait connaître un léger répit dimanche, avant un nouveau pic lundi et mardi.

Cette moindre production nucléaire d'EDF intervient en une période où la demande d'électricité est réduite, notamment avec la baisse de l'activité économique liée aux congés du mois d'août.

Vos commentaires