En ce moment
 
 

Cathay Pacific revient aux bénéfices en 2018 après deux ans dans le rouge

Cathay Pacific revient aux bénéfices en 2018 après deux ans dans le rouge
Un avion Cathay Pacific décolle de l'aéroport de Hong Kong le 13 mars 2019Anthony WALLACE

La compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific a annoncé mercredi être repassée dans le vert en 2018, après deux années de pertes dues à la concurrence féroce de transporteurs chinois à bas coûts et aux offres plus luxueuses de rivales du Moyen-Orient.

Le bénéfice net annuel est ressorti à 2,345 milliards de dollars hongkongais (265 millions d'euros) contre une perte de 1,259 milliard de dollars hongkongais en 2017.

"Le trafic passagers a profité de la croissance des capacités, de l'accent mis sur le service aux clients et de l'amélioration de la gestion de nos revenus", a déclaré le président John Slosar dans un communiqué.

Ceci alors que "la surcapacité des marchés de passagers a provoqué une concurrence intense avec d'autres transporteurs, particulièrement ceux de Chine continentale", a-t-il souligné.

Le titre de Cathay prenait 1,5% à la Bourse de Hong Kong, à 13,38 dollars hongkongais.

Après avoir enregistré en 2016 ses premières pertes en huit ans, le groupe avait entrepris un vaste plan de restructuration qui l'a vu supprimer plus de 600 emplois et réduire ses équipes dans les bureaux à l'étranger.

Parallèlement, la compagnie ouvrait de nouvelles liaisons internationales et améliorait ses services à bord dans le but de damer le pion à des compagnies moyen-orientales aux prestations plus luxueuses.

- Fuite de données -

L'année 2019 s'annonce un peu compliquée, a poursuivi M. Slosar. "Le renforcement annoncé du dollar américain et les incertitudes dues aux discordes géopolitiques et aux tensions dans les échanges internationaux" devraient tempérer la demande tant dans le transport de passagers que dans le fret, a-t-il dit. Néanmoins, Cathay a toute "confiance" dans son programme de restructuration.

Le transporteur hongkongais, plus grande compagnie d'Asie, a confirmé récemment des négociations pour prendre une participation dans Hong Kong Express, la seule compagnie aérienne à bas coût de l'ancienne colonie britannique, dans le but de faire face à la concurrence croissante des "low-cost" dans la région. Le communiqué de résultats ne mentionne pas ce projet cependant.

Hong Kong Express appartient au groupe HNA, conglomérat chinois à la peine qui tente de réduire son endettement. HNA est également propriétaire de Hong Kong Airlines, autre concurrent de Cathay qui a traversé ses derniers mois des turbulences financières.

Malgré le renversement de tendance, l'année 2018 n'a pas été sans heurts. Cathay s'est retrouvé sous le feu des critiques en octobre après l'annonce d'une fuite de données concernant 9,4 millions de clients, dont des numéros de passeports et des données de cartes de crédit. Cathay risque potentiellement de devoir débourser d'importants dommages et intérêts en Europe, où les lois sur la protection des données personnelles sont strictes.

Le cabinet d'avocats SPG Law, établi en Grande-Bretagne, a déjà annoncé un recours collectif de clients cherchant des dédommagements.

Et, à deux reprises, la compagnie a vendu par mégarde sur son site internet des billets de première classe à prix bradé.

Vos commentaires