En ce moment
 

CBS passe à l'offensive pour échapper à Viacom

CBS passe à l'offensive pour échapper à Viacom
Shari Redstone, fille du magnat Sunner Redstone, qui détient 80% des droits de vote dans Viacom et CBS, le 14 juillet 2017 à Sun ValleyDrew Angerer

La chaine de radio-télévision américaine CBS est passée à l'offensive lundi pour résister aux tentatives de Viacom de l'acquérir, dernier épisode en date d'une saga où la fille du milliardaire Sumner Redstone joue les premiers rôles.

CBS a déposé plainte devant un tribunal du Delaware contre National Amusements (NAI), qui est l'actionnaire principal de CBS et du groupe de médias Viacom et le véhicule financier des Redstone. Cette plainte vise à empêcher NAI d'imposer une fusion entre les deux groupes, affirmant qu'elle "ne serait pas dans les meilleurs intérêts" de CBS.

La plainte vise particulièrement Shari Redstone, la fille de Sumner. Ce dernier, âgé de 94 ans, détient par l'intermédiaire de National Amusements près de 80% des droits de vote dans Viacom et CBS. M. Redstone n'a plus été vu en public depuis un certain temps et Shari Redstone en a de-facto pris le contrôle.

Une fusion des deux groupes reformerait l'entité qui existait jusqu'en 2006 avant que Viacom (studios Paramount, MTV, Nickelodeon...) ne prenne son indépendance.

Le Conseil d'administration de CBS, dont le PDG est Leslie Moonves, doit tenir une réunion extraordinaire jeudi au cours de laquelle il doit décider du versement d'un dividende exceptionnel, sous forme d'actions portant droits de vote, qui aurait pour effet de réduire la proportion des droits de vote de NAI au sein de CBS de 79% à 17%.

"Le Comité spécial a pris cette initiative car il estime qu'elle est dans les meilleurs intérêts de tous les actionnaires de CBS, nécessaire pour protéger leurs intérêts ainsi que générer de la valeur. S'il est versé, le dividende permettrait au groupe de fonctionner comme une entreprise indépendante et non-contrôlée et d'évaluer plus en avant des alternatives stratégiques", a affirmé CBS dans un communiqué.

- "Menaces et intimidations" -

La plainte liste toute une série de démarches de Mme Redstone pour favoriser une fusion entre CBS et Viacom et affirme que le" Comité spécial en a conclu qu'elle présente une menace significative de dommages irréversibles et irréparables" pour CBS et qu'elle s'est "immiscée de manière impropre dans les négociations".

National Amusements a rejeté ses accusations en s'affirmant "choqué" par les initiatives de CBS et en "rejetant la description faite des derniers évènements".

"National Amusements n'a aucunement l'intention de remplacer le Conseil d'administration de CBS ou de forcer une opération qui n'aurait pas le soutien des deux entreprises", indique le communiqué, ajoutant que les deux groupes étaient, avant le dépôt de la plainte "arrivés à un accord provisoire sur les conditions économiques de la fusion".

"NAI estime que les initiatives de CBS aujourd'hui (lundi) ont été déclenchées par le fait que NAI a fait part de préoccupations spécifiques concernant des incidents liés à des menaces et des intimidations de la part d'un des administrateurs de CBS remontant à 2016", insinue son communiqué. Il ne nomme pas la personne visée et affirme que NAI "a fait tout son possible pour régler ce problème de manière privée et confidentielle".

Ces accusations rappellent le climat délétère qui avait caractérisé un précédent conflit il y a deux ans, opposant Shari Redstone au PDG d'alors de Viacom, Philippe Dauman.

Alors que son père était au centre d'une saga judiciaire mettant en cause ses capacités mentales et ses relations avec plusieurs jeunes femmes, Shari Redstone avait pris le pouvoir au sein de Viacom et obtenu le renvoi de M. Dauman qui cherchait à l'époque à faire entrer un investisseur extérieur dans le capital des studios Paramount.

Après l'échec d'une précédente tentative en 2016 de réunir Viacom et CBS sous un même chapeau, Shari Redstone entend persévérer face à la recomposition du paysage des médias aux Etats-Unis et l'arrivée de nouveaux groupes comme Netflix, Amazon, Google, Hulu et Apple qui remettent en cause le rôle des cablo-opérateurs et la manière de livrer les contenus média aux consommateurs.

Elle s'oppose cette fois-ci à Leslie Moonves qui ne semble pas convaincu des mérites d'un tel rapprochement et qui, s'il devait néanmoins avoir lieu, souhaite garder les rênes de la nouvelle entité.

Dans sa plainte, CBS fait notamment référence à une offre autre que celle de Viacom qui lui aurait été adressée mais que Shari Redstone aurait d'entrée rejetée sans en informer le Conseil d'administration du groupe.

Alors qu'une nouvelle bataille où tous les coups semblent permis s'annonce, Viacom a perdu 4,90% à 28,74 lundi à Wall Street alors que CBS a gagné 2,17% à 53,66 dollars.

Vos commentaires