En ce moment
 

Centrales nucléaires indisponibles - Le problème du béton n'a pas été bien estimé, admet le patron d'Engie-Electrabel

(Belga) "Le problème du béton de nos centrales a-t-il été bien estimé ? Non", reconnait le CEO d'Engie-­Electrabel, Philippe Van Troeye, dans un entretien accordé à La Libre Belgique et La Dernière Heure samedi. Il assure que l'entreprise prend ses responsabilités, aussi face à la hausse de la facture d'électricité.

Philippe Van Troeye refuse de parler d'un problème de gestion générale du parc nucléaire. "Des opérations de maintenance ont été faites au fil du temps et nous avons pris une série de mesures" explique-t-il. "Le problème du béton de nos centrales nucléaires a-­t-­il été bien estimé? Non, parce que si c'était le cas, nous n'en serions pas là aujourd'hui. Je l'avoue", poursuit-t-il. "Nous n'avons pas eu la bonne expertise au bon moment pour anticiper ce qui allait se passer. Mais à un moment, quand un problème de sûreté se pose, nous prenons nos responsabilités", assure le patron d'Engie­-Electrabel. "Chacun a une responsabilité. La mienne, c'est de faire un maximum pour avoir un parc de production opérationnel et équilibrer mon portefeuille de clients. C'est le rôle d'un acteur privé dans le marché libéralisé. Si nous pouvons aider les autres acteurs et trouver des solutions, nous le ferons", garantit-il encore. Il affirme que "selon les types de contrats", Engie-Electrabel prend déjà à sa charge une partie de la hausse de la facture énergétique. (Belga)

Vos commentaires