Chine: la banque centrale appelle à "plus d'audace" dans l'ouverture économique

Chine: la banque centrale appelle à
Zhou Xiaochuann, le gouverneur sortant de la banque centrale chinoise (PBOC), lors d'une conférence de presse à Pékin, le 9 mars 2018WANG ZHAO

La Chine doit se montrer "plus audacieuse" dans l'ouverture de son économie au reste du monde, tout en musclant sa lutte contre les risques financiers et un endettement "inefficace", a estimé vendredi le gouverneur sortant de la banque centrale chinoise (PBOC).

Zhou Xiaochuan, à la tête de l'institution depuis 2002 et sur le départ, a tenu dans une ultime conférence de presse à défendre son héritage "réformiste" et son soutien à la libéralisation financière du géant asiatique.

"Après avoir rejoint l'Organisation mondiale du commerce (OMC)" en 2001, "la Chine se préparait à s'ouvrir davantage quand la crise financière mondiale (de 2008) a brisé son élan", s'est-il rappelé, en marge de la session annuelle du Parlement chinois.

"Mais nous sommes maintenant dans une nouvelle étape, nous pouvons nous montrer plus audacieux en ouvrant davantage l'accès de notre marché au reste du monde", a-t-il martelé, d'autant que l'internationalisation en cours du yuan "pousse à l'ouverture du secteur financier".

A ses côtés, Yi Gang, vice-gouverneur de la PBOC, a confirmé que Pékin "assouplira ou supprimera" les restrictions limitant la participation d'investisseurs étrangers au capital de firmes financières chinoises, afin de "réduire les discriminations".

Zhou Xiaochuan a par ailleurs vanté les mérites d'une croissance chinoise "qualitative" moins accro au crédit, contre l'"ancien modèle" d'une croissance rapide qui "reposait largement" sur de colossaux investissements et l'endettement.

Le grand argentier, d'habitude très discret, avait multiplié à l'automne les avertissements contre les dangers d'une dette publique et privée qui dépasse 250% du PIB national.

Soucieuse d'endiguer l'envolée du crédit et les risques financiers, la banque centrale a durci le ton contre le secteur financier, s'attaquant agressivement à la "finance de l'ombre" non régulée, aux créances douteuses des banques et aux produits d'investissement jugés dangereux.

"Il y a, dans le système de supervision financière, des failles qui doivent être comblées rapidement (...) La PBOC renforcera la coordination entre les autorités financières", a insisté M. Zhou.

Il n'a toutefois pas confirmé l'éventuelle fusion de l'autorité de régulation bancaire et du gendarme de l'assurance, assurant que "la réforme du système de régulation financière est en cours".

Le durcissement général du crédit pèsera-t-il sur l'activité économique?

Zhou Xiaochuan s'est voulu rassurant: "Le volume de liquidités disponibles dans l'économie est déjà assez important" et "la masse monétaire peut être utilisée de façon plus efficace", au détriment de la spéculation et d'investissements non productifs, a-t-il observé.

Ainsi, "combattre les risques financiers n'est pas contradictoire avec les réformes", puisque cela renforce la capacité des banques "à servir l'économie réelle", fait valoir le gouverneur.

Vos commentaires