En ce moment
 
 

Christiane Lambert reconduite à la tête de la FNSEA

Christiane Lambert reconduite à la tête de la FNSEA
Christiane Lambert, le 3 octobre 2018 Thierry Zoccolan
 
 

La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a annoncé mercredi sa réélection pour trois ans à la tête du syndicat agricole majoritaire, promettant un "esprit de conquête" pour obtenir de la puissance publique les moyens nécessaires à la modernisation des exploitations.

"Aujourd'hui a eu lieu l'élection du bureau, des vices-présidents et des secrétaires généraux de la FNSEA. Nous avons l'honneur et le plaisir d'avoir été réélus avec Jérôme Despey", secrétaire général de la FNSEA, a déclaré Mme Lambert lors d'un point presse organisé dans les locaux de la MSA (sécurité sociale agricole).

"C'est avec un esprit de conquête que nous allons engager ce mandat de trois ans", a-t-elle affirmé, citant parmi les chantiers la défense du budget de la politique agricole commune (PAC) et l'inclusion de l'agriculture dans le plan de relance du gouvernement.

Pour Mme Lambert, ce mandat démarre avec une "fenêtre d'opportunité" après que l'épidémie de Covid-19 a mis en avant le travail des agriculteurs pour nourrir les Français confinés: "Tout d'un coup, les invisibles sont devenus visibles."

Évoquant un "retournement de tendance alors que nous étions dans une période où l'agriculture était souvent critiquée, mise sur la sellette", elle a estimé qu'"en quelques jours, en quelques semaines, l'agriculture via l'alimentation a été réhabilitée, considérée et même plébiscitée".

"Nous voulons mettre le pied dans la porte", "capitaliser" sur l'appel mi-avril du président Macron à rebâtir une indépendance agricole, a-t-elle ajouté.

"Remettre en selle l'agriculture, cela nécessite certainement de relancer un pacte productif et d'accompagner la modernisation de l'agriculture française qui en a vraiment besoin", a prévenu Mme Lambert.

Elle "revendique" ainsi une part des 15 milliards d'euros promis lundi par Emmanuel Macron pour soutenir la conversion écologique.

"Les entrepreneurs agricoles que nous sommes ne voulons pas continuer cette phase de déclin, nous voulons rebondir et repartir", a ajouté Christiane Lambert, listant "le coût du travail, l'accès à la main-d'oeuvre, le poids des charges sociales, toutes les lourdeurs administratives" comme "handicaps à la compétitivité" de la France.

Alors qu'un remaniement est attendu dans les prochains jours, la présidente de la FNSEA a rappelé son attachement à un ministère de plein exercice couvrant l'agriculture, l'alimentation et les industries agroalimentaires.

Mme Lambert a par ailleurs indiqué avoir été sollicitée pour prendre la tête du syndicat européen Copa-Cogeca, dont les élections sont prévues en septembre.

"Jusqu'au dernier jour, il peut y avoir d'autres candidats. J'ai été la seule sollicitée, mais d'autres y pensent en se rasant le matin, parce que ce sont des hommes", a-t-elle plaisanté.

Eleveuse de porcs dans le Maine-et-Loire, Christiane Lambert était devenue en avril 2017 la première femme à prendre la tête du premier syndicat agricole français. Elle avait remplacé Xavier Beulin, décédé soudainement en février 2017.




 

Vos commentaires