En ce moment
 
 

Climat: Greta Thunberg en visite surprise dans le bassin minier rhénan

Climat: Greta Thunberg en visite surprise dans le bassin minier rhénan
La militante de l'environnement Greta Thunberg dans la forêt de Hambach, dans l'ouest de l'Allemagne, le 10 août 2019, où elle a demandé la fin de la production et de l'exploitation du charbon.Oliver Berg

La militante de l'environnement Greta Thunberg s'est rendue samedi dans la forêt de Hambach, dans l'ouest de l'Allemagne, un site menacé de destruction par l'extension d'une mine de charbon voisine et devenu le symbole de la mobilisation sur le terrain de la génération climat.

"Même après des mois de protestation, presque rien n'a changé. Voir des endroits comme les mines de Hambach me bouleverse profondément", a déclaré l'adolescente citée dans un communiqué de Ende Gelände, le mouvement allemand de désobéissance civile climatique militant pour la protection du site.

L'immense gisement à ciel ouvert de lignite, un charbon brun bon marché et très polluant est exploité par le groupe RWE. Fin juin, la mine est devenue l'épicentre de la mobilisation des jeunes activistes climatiques européens. Des milliers d'entre eux sont venus manifester ou même occuper le site sur plusieurs jours.

En 2018, avec d'autres associations, Ende Gelände avait réussi à stopper l'extension d'une des portions de la mine qui menaçait la forêt millénaire de Hambach.

"Il faut arrêter de parler, et agir. L’Allemagne, tout comme le reste du monde, doit sortir du charbon immédiatement", a plaidé Greta Thunberg.

"La visite de Greta est un tournant pour le mouvement climatique, alors que des millions de personnes s'organisent à travers le monde pour défier l’industrie des énergies fossiles", s'est félicité Kathrin Henneberger, porte-parole de Ende Gelände.

Le gouvernement allemand a programmé en début d'année l'abandon du charbon d'ici 2038, mais pour les défenseurs de l'environnement, cette échéance est encore trop tardive, et ne s'accompagne pour l'heure d'aucun calendrier précis pour la fermeture des centrales et des mines concernées.

La visite de l'adolescente suédoise, devenue la figure de proue de la jeunesse engagée contre le réchauffement climatique, n'avait pas été annoncée.

Greta Thunberg, qui refuse de prendre l'avion pour des raisons environnementales, doit quitter la semaine prochaine l'Europe pour rejoindre en bateau New-York, où elle participera le 23 septembre au sommet mondial sur le climat organisé par les Nations-Unies.

Vos commentaires