En ce moment
 
 

Connaître les loyers "partout en France": l'Etat lance un projet inattendu

Connaître les loyers
L'Etat lance un projet pour connaître le niveau et l'évolution des loyers "partout en France"Lionel BONAVENTURE
Consommation

C'est une surprise au moment-même où le plafonnement des loyers revient à Paris: l'Etat lance un projet pour connaître le niveau et l'évolution des loyers "partout en France", y compris les plus petites communes.

Le ministère de la Cohésion des territoires, dont dépend celui du Logement, a annoncé mercredi, dans un communiqué, un "partenariat inédit" pour "connaître les loyers, partout en France".

La question vient de ressurgir dans le débat public car la ville de Paris a relancé lundi un plafonnement des loyers, comme elle l'avait fait entre 2015 et 2017 avant que la mesure soit interdite par la justice.

Le gouvernement actuel, qui affichait initialement son agnosticisme sur le sujet, semble désormais reprendre à son compte une mesure destinée à "lutter contre le logement cher", terme employé dans le communiqué.

C'est en tout cas lui qui, dans la loi sur le logement adoptée l'an dernier, a rouvert aux grandes agglomérations comme Paris la possibilité d'y recourir. Toutefois, les annonces de mercredi n'apportent pas de grandes nouveautés pour la quarantaine de grandes agglomérations concernées.

Dans leur cas, c'est-à-dire là où le marché du logement est le plus tendu, la loi de 2018 prévoyait déjà que soient mis en place des observatoires ou, s'ils existent déjà, leur renforcement: ce sont leurs données qui peuvent servir de base à la mise en place d'un plafonnement comme à Paris, et probablement Lille dans les mois qui viennent.

"Mais pour le reste du territoire, moins urbanisé, l'information est souvent très partielle, voire indisponible", a expliqué le ministère.

"En parallèle, les sites et réseaux d'agences offrant des logements à la location disposent d'un gisement considérable de données de première main sur les annonces immobilières et le marché locatif privé, couvrant la très grande majorité du marché", poursuit-il.

En conséquence, afin de couvrir l'ensemble du territoire, le ministère a mis en place une équipe de quatre économistes - Kassoum Ayouba, Marie Breuillé, Camille Grivault et Julie Le Gallo -, qui travailleront avec différents acteurs du monde de l'immobilier.

Ces derniers comprennent un réseau d'agences, Century 21 - deuxième de France après son concurrent Orpi -, et plusieurs sites d'annonces: de Particulier à particulier (PaP), SeLoger et, "très prochainement" leboncoin.

- "Je tombe de l'arbre" -

Ils mettront "leurs données à disposition de l'équipe de recherche et (offriront) un appui technique pour leur exploitation", explique le ministère qui promet "une amélioration sans précédent de la connaissance des marchés locaux de l'habitat et une territorialisation plus fine de l'action publique".

Avec cette annonce, l'Etat ambitionne un rôle d'arbitre dans la jungle des données immobilières, qui constituent à la fois un enjeu de communication pour les acteurs du marché - chaque réseau donne ses chiffres -, et politique sur des questions comme l'encadrement des loyers.

En avril, il avait déjà ouvert inconditionnellement une base de quinze millions de données, établies par le fisc, sur les ventes immobilières.

Pour autant, rien ne laissait attendre le projet annoncé mercredi, les acteurs concernés n'ayant rien laissé transparaître tandis que d'autres exprimaient leur surprise.

"C'est assez incroyable. D'où ça sort ? Je tombe de l'arbre", a reconnu auprès de l'AFP Sébastien de Lafond, PDG du site immobilier MeilleursAgents.com, qui constitue ses propres données à partir de remontées de quelque 11.000 agents, soit la moitié du marché.

Certes, "les loyers sont vraiment un angle mort pour la transparence du marché immobilier", a-t-il admis, par contraste avec une multitude de données sur les prix à la vente.

Pour autant, M. Lafond exprime son scepticisme quant à la capacité des partenaires privés du gouvernement à dégager des données suffisantes pour mesurer l'évolution dans la durée des loyers, indicateur qu'il juge plus parlant que leur niveau moyen sur une commune donnée.

"Je ne leur connais pas d'équipes scientifiques et statistiques importantes et je ne les ai jamais vu mettre en oeuvre de méthodologies qui permettent d'établir des indices fiables", a-t-il tranché.

Vos commentaires