En ce moment
 

Côte d'Ivoire/Cacao:1ere réunion sur le commerce équitable en octobre

Côte d'Ivoire/Cacao:1ere réunion sur le commerce équitable en octobre
La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, organise en octobre les premières journées du commerce équitableOrlando SIERRA
alimentation

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, va organiser en octobre prochain les premières journées du commerce équitable, destinées à améliorer les revenus des producteurs ivoiriens jusque-là dépendants des cours mondiaux, ont annoncé jeudi les organisateurs.

Le Réseau ivoirien du commerce équitable (RICE), organise les 25 et 26 octobre prochain, la première édition des journées nationales du Commerce équitable, sous le thème:" commerce équitable, outil de développement durable", a annoncé Franck Koman, son coordinateur.

L’objectif principal est de "mieux faire connaitre le commerce équitable aux participants (...) afin que l’impact soit plus réel et plus visible en Côte d’Ivoire. Le producteur en plus de vendre son cacao au prix conventionnel fixé, perçoit en retour, une prime pour chaque kilogramme de cacao vendu. " a souligné M. Koman.

Le produit est certifié équitable, c'est-à-dire qu'il respecte des normes environnementales, que les agriculteurs sont mieux rémunérés, et que le travail des enfants - un problème dans de nombreuses plantations ivoiriennes - est banni.

Le commerce équitable connait un développement rapide en Afrique de l’Ouest et particulièrement en Côte d’Ivoire dans la filière cacao.

D’une seule organisation en 2004, on dénombre actuellement près de 200 organisations certifiées commerce équitable en Côte d’Ivoire, soit plus de 120 000 producteurs. Au même moment, les volumes de cacao vendus aux conditions du commerce équitable sont passés de 25 tonnes en 2004 à plus 80.000 tonnes en 2017.

Les producteurs ont perçu 200 dollars la tonne, comme prime.

En mars 2017, la filière française du commerce équitable s'était inquiétée de la forte chute des cours mondiaux du cacao, pour l'avenir des petits producteurs et les risques de grave tension sociale qu'elle induit en Côte d'Ivoire.

"Les cours sont au plus bas, et ce brusque et inexpliqué retour du marché nous inquiète beaucoup, car il est très injuste pour les petits producteurs" avait déclaré Christophe Eberhart, co-fondateur de la société coopérative Ethiquable, spécialisée dans les produits de commerce équitable nord-sud pour la grande distribution.

Selon Joëlle Stoll, déléguée générale de la plate-forme de commerce équitable qui fédère les acteurs de la filière, la chute des cours, perceptible depuis fin 2016, est une "bombe sociale" en Côte d'Ivoire, où "des centaines de containers sont bloqués invendus dans le port d'Abidjan".

"Je ne comprends pas pourquoi les grandes multinationales du cacao qui se sont réunies récemment à Amsterdam pour renforcer leurs engagements en matière de développement durable ne se préoccupent pas d'abord de payer un prix équitable aux producteurs" avait ajouté Mme Stoll.

La cacao est stratégique pour la Côte d'Ivoire, qui en est le premier producteur mondial, avec 40% du marché. L'or brun représente 10% du PIB ivoirien, 40% des recettes d'exportation et fait vivre 4 millions de personnes (soit un sixième de la population ivoirienne), selon la Banque mondiale.

Vos commentaires