En ce moment
 
 

Côte d'Ivoire : un inventaire des forêts pour un plan de reboisement

Côte d'Ivoire : un inventaire des forêts pour un plan de reboisement
Une vue de la forêt dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, le 8 mai 2019ISSOUF SANOGO

La Côte d'Ivoire, qui a perdu en un demi-siècle la quasi-totalité de ses forêts, a lancé jeudi à Abidjan un inventaire général pour établir des données statistiques fiables sur ses ressources forestières et fauniques, en vue d'appuyer un plan de reboisement.

L’inventaire forestier et faunique national (IFFN) va durer deux ans. Le précédent IFFN datait de 1978.

"Pour mieux évaluer la situation actuelle, il est nécessaire de faire un état des lieux des surfaces forestières restantes, sur lequel s'appuieront les actions à mettre en œuvre dans le cadre de la politique de préservation, de réhabilitation et d'extension des forêts", a expliqué Martial Mé Kouamé, directeur de cabinet adjoint du ministère des Eaux et Forêts, lors de la cérémonie de lancement.

"L'IFFN a pour objectif d'obtenir des éléments chiffrés sur l'état de la forêt et de la faune de Côte d'Ivoire", a déclaré de son côté Pascal Cuny, conseiller technique principal du projet financé par l'Agence française de développement.

La Côte d'Ivoire va organiser en janvier 2020 une table ronde avec pour objectif de freiner une déforestation qui menace la stabilité climatique de la région.

L'objectif de la table ronde qui se tiendra le 16 janvier est de mobiliser 616 milliards de FCFA (près d'un milliard d'euros) en vue de financer sur la période 2020-2030 la nouvelle stratégie forestière en Côte d'Ivoire, adoptée en février 2019.

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao avec 40% du marché, comptait 16 millions d'hectares de forêts dans les années 1960. Elle a vu sa superficie fondre de presque 90%, à deux millions d'hectares en près de 60 ans, selon les chiffres officiels, à cause principalement du développement des plantations de cacao.

"Nous devons prendre conscience que la forêt est une richesse, un patrimoine à léguer aux générations futures", a déclaré le ministre ivoirien des Eaux et forêts, Alain Richard Donwahi. "Nous voulons sauver la forêt ivoirienne, nous voulons regagner le terrain perdu, replanter, reboiser, mobiliser nos concitoyens et nos partenaires".

La nouvelle politique forestière ivoirienne destinée à recouvrer "six millions d’hectares en 2030 et huit en 2045, englobe à la fois la réhabilitation, le reboisement et le développement de l'agroforesterie pour utiliser moins de terre", selon lui.

Outre les bailleurs de fonds internationaux, les industries chocolatières seront "les parties prenantes de notre grande ambition de réhabilitation des forêts en Côte d'Ivoire", a souligné le ministre.

La déforestation liée à la culture du cacao pour l'industrie du chocolat se poursuit "sans relâche" en Côte d'Ivoire et au Ghana, les deux premiers producteurs mondiaux, avait dénoncé l'ONG Mighty Earth dans un rapport publié en 2018.

Vos commentaires