En ce moment
 

Dans un marché hésitant à Wall Street, le Dow Jones grimpe à un record

Dans un marché hésitant à Wall Street, le Dow Jones grimpe à un record
Wall Street a terminé sur une note contrastéeDrew Angerer

A découvrir

Wall Street a terminé sur une note contrastée mardi, le Dow Jones grimpant à un nouveau record tandis que le Nasdaq se repliait nettement, dans un marché affectionnant les entreprises américaines mais continuant à surveiller les tensions commerciales avec la Chine.

L'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,46% à 26.773,94 points.

Il a notamment été entraîné par le groupe informatique Intel (+3,55%) ainsi que par les multinationales habituellement sensibles à tout soubresaut sur les problèmes commerciaux, Caterpillar (+1,67%), 3M (+1,66%) et Boeing (+1,07%).

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a reculé de 0,47% à 7.999,55 points.

L'indice élargi S&P 500 a de son côté cédé 0,04%, à 2.923,43 points.

Les indices ont hésité sur la direction à suivre dès le début de la séance.

Le compromis obtenu entre Washington, Ottawa et Mexico sur un nouvel accord de libre-échange a rasséréné les investisseurs, satisfaits de voir s'éloigner les incertitudes liées à une montée des tensions commerciales entre les trois pays.

Mais "il reste de nombreuses inquiétudes liées à la situation avec la Chine, notamment sur la durée" du conflit commercial, a relevé Nate Thooft de Manulife Asset Management.

A cela s'est ajouté mardi un regain d'incertitudes autour du budget italien et de nouvelles dissensions au Royaume-Unis sur le Brexit.

- Note abaissée pour GE -

Dans le même temps, "les acteurs du marché continuent à favoriser les investissements dans les actions des entreprises américaines", a commenté M. Thooft.

"Les indicateurs sont encore bons et les résultats du troisième trimestre s'annoncent décents; l'idée générale est qu'il faut profiter de la montée des indices tant qu'on ne voit pas les preuves concrètes d'une récession à l'horizon", a estimé le spécialiste.

Le marché obligataire se détendait: le taux d'intérêt sur la dette à 10 ans des États-Unis reculait vers 20H35 GMT à 3,055%, contre 3,084% lundi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,207%, contre 3,234% à la précédente fermeture.

Sur le front des valeurs, le conglomérat General Electric s'est apprécié de 1,90% après avoir déjà bondi de plus de 7% lundi à la suite de la nomination surprise d'un nouveau PDG.

Le groupe a aussi révisé à la baisse ses prévisions de bénéfices pour 2018 et inscrit une charge pouvant aller jusqu'à 23 milliards de dollars à cause des difficultés de la division énergie. Autant de raisons invoquées par l'agence de notation S&P Global Rating pour abaisser la note de l'entreprise de deux crans, de A à BBB+, un classement attribué aux émetteurs de qualité moyenne mais en mesure de faire face à leurs obligations de manière adéquate.

Les agences Moody's et Fitch ont de leur côté averti qu'elles pourraient à court terme abaisser la note de l'entreprise.

Le marchand de boissons et de snacks Pepsico, qui a publié des résultats meilleurs que prévu au 3e trimestre mais a prévenu que la hausse du dollar aurait des effets négatifs sur son bénéfice, a reculé de 1,80%.

Le géant du commerce en ligne Amazon a perdu 1,65% après avoir annoncé son intention d'augmenter le salaire minimum de ses employés aux Etats-Unis à 15 dollars de l'heure à partir du 1er novembre.

Le constructeur General Motors, qui a accusé une baisse de 11% de ses voitures au troisième trimestre, a perdu 2,63%. Son concurrent Ford, qui a enregistré un repli de 10% de ses ventes en septembre, a cédé 1,29%.

Tesla, qui a respecté ses objectifs de production de son nouveau modèle moyenne gamme Model 3 au troisième trimestre mais s'est plaint mardi de la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump avec la Chine, a reculé de 3,12%.

  1. NYSE

Vos commentaires