En ce moment
 

Dassault lance le Falcon 6X, un nouveau jet d'affaires à large cabine

Dassault Aviation a annoncé mercredi le lancement du Falcon 6X, un jet d'affaires à large cabine doté de moteurs Pratt & Whitney, en remplacement du 5X abandonné en raison de retards dans le développement du moteur Silvercrest de Safran.

"Avec ce nouvel appareil, nous voulons repousser les limites pour fournir la meilleure expérience de vol possible avec les derniers savoir-faire aéronautiques", a déclaré Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, lors d'une conférence de presse au centre Dassault Aviation au Bourget (nord de Paris).

"Le Falcon 6X offre un niveau d'autonomie, de confort et de capacités qu'aucun autre avion d'affaires à large cabine ne possède, tout en garantissant des systèmes totalement matures et un moteur éprouvé", a-t-il assuré. "Nous prévoyons le premier vol dans moins de trois ans", pour une entrée en service en 2022.

Le nouvel appareil aura le même diamètre de cabine que le 5X. Il combinera "un optimum de technologies avancées pour le confort, la fiabilité et la sécurité" et disposera de la cabine la plus large de son segment, avec 52,2 m3, et d'un système de connectivité à haut débit, a-t-il souligné. Son principal concurrent, le Gulfstream G500, offre une cabine de 48,5 m3.

Le 6X fera 1,98 m de haut et 2,58 m de large pour 12,3 m de long, et pourra accueillir jusqu'à 16 passagers.

- Spacieux -

Il disposera de 29 hublots extra-larges dont un hublot zénithal, "unique en son genre dans l'aviation d'affaires", pour accroître la lumière dans la cabine.

"La tendance de l'industrie est à l'aménagement d'intérieurs plus spacieux et hauts sous plafond, et c'est précisément ce qu'ont plébiscité les clients pour nos nouveaux Falcon", a indiqué Eric Trappier. "Nous avons conçu le Falcon 6X autour de la cabine, afin de mettre le passager au centre, tout en offrant les hautes performances et qualités de vol que les clients apprécient avec les Falcon."

Dassault, qui avait abandonné le 5X en décembre dernier, a opté cette fois pour Pratt & Whitney pour équiper le bi-réacteur. Le motoriste est le principal concurrent de Safran sur le segment moyen-courrier pour la motorisation de l'A320 d'Airbus.

Avec ses réacteurs PW800, il disposera d'une autonomie maximale de 5.500 miles nautiques, soit 10.186 km (contre 5.200 miles pour le 5X), et une vitesse maximale de Mach 0,90.

Il pourra relier sans escale Pékin et Paris, New York et Moscou, Los Angeles et Londres, ou encore Sao Paulo et Genève.

Son prix standard sera de 47 millions de dollars, "très proche" de celui du 5X qui avait été annoncé à 45 millions.

- Compensations -

"Nous attendons des contrats au cours des jours, semaines, mois et années à venir", a assuré Eric Trappier en précisant être "déjà en discussion" avec des clients pour transférer des contrats du 5X vers le 6X.

Dassault a enregistré 15 annulations de commandes de 5X.

Il n'a pas donné de précision sur la taille du marché que vise le 6X, mais il prévoit une cadence de production de deux appareils par mois en 2023.

Le premier vol est prévu en 2021, et la certification et les premières livraisons en 2022.

Eric Trappier a rappelé que le 5X avait déjà trois années de retard lorsque Safran a informé l'avionneur de nouveaux problèmes à l'automne dernier, ce qui repoussait encore l'entrée en service de l'appareil. Lancé en 2010, le 5X devait entrer en service en 2017 à l'origine, puis en 2020.

"S'il n’y avait pas eu de retard, je gardais le 5X", a affirmé Eric Trappier à des journalistes. "Le seul problème qu'on a eu (...), c'est le moteur. Et croyez-moi, annuler un programme comme je l'ai fait, ce n'est pas agréable. On n'avait pas d'autre solution", a-t-il ajouté.

Dassault est à présent en discussions avec Safran autour du "sujet sensible" des compensations. "Nous en sommes aux prétentions", a indiqué Eric Trappier.

Safran, qui a passé une charge de 654 millions d'euros sur le Silvercrest en 2015, a refusé de s'exprimer sur le sujet en présentant ses résultats annuels mardi.

Vos commentaires