En ce moment
 

Début de la négociation salariale entre Air France et les syndicats

Début de la négociation salariale entre Air France et les syndicats
Vue du logo d'Air France au siège de la compagnie aérienne à l'aéroport Charles de Gaulle à Roissy au nord de Paris, le 11 avril 2018Philippe LOPEZ

La direction et les syndicats d'Air France se sont retrouvés jeudi matin pour tenter de sortir du conflit salarial lancé en février et qui a déjà donné lieu à sept jours de grève, a-t-on appris de sources syndicales.

La réunion a commencé "un peu avant 9h15" au siège d'Air France à Roissy, en présence de Franck Terner, directeur général d'Air France, et Gilles Gateau, DRH, selon ces sources.

La séance a été suspendue rapidement par l'intersyndicale qui souhaite la participation des syndicats non représentatifs (SUD aérien, Alter) et qui appellent à la grève, selon plusieurs participants.

Légalement, seules les organisations représentatives au niveau du groupe Air France sont habilitées à négocier.

Confrontée à sept journées de grève depuis le 22 février, la direction d'Air France a proposé d'ouvrir une "négociation pluriannuelle sur les salaires" pour la période 2019 à 2021, afin de construire "un véritable +pacte de croissance+", selon un communiqué publié mardi.

Les organisations représentatives appelant à la grève (SNPL, Spaf, CGT, FO, SNPNC, Unac, Unsa) ont accepté l'invitation, tout en maintenant leur revendication unitaire (6% d'augmentation générale) et leurs préavis de grève les 17, 18, 23 et 24 avril.

La CFE-CGC et la CFDT, non parties prenantes au conflit, étaient présentes également.

Dans son communiqué, la direction a soutenu que "la dimension pluriannuelle permettra d'apporter des réponses aux revendications exprimées et d'inscrire dans le temps des mesures que la compagnie ne peut pas supporter de façon brutale".

Quant à la négociation, "il est proposé qu'elle se déroule sans interruption jusqu'à la finalisation d'un accord ouvert à la signature", a-t-elle précisé.

Une reprise des négociations spécifiques avec les syndicats de pilotes (SNPL et Spaf), qui réclament eux une revalorisation salariale de 10,7% en tout, est programmée lundi.

Vos commentaires