En ce moment
 

Dernier tour de la Grande roue de Paris

Dernier tour de la Grande roue de Paris
Marcel Campion pose devant la Grande roue, place de la Concorde à Paris, le 23 novembre 2017JOEL SAGET

Spectacle familier depuis des années pour les Parisiens et les touristes, la Grande roue de la place de la Concorde a effectué vendredi soir son dernier tour avant de quitter définitivement son emplacement au pied des Champs-Elysées.

Des danseuses brésiliennes, un orchestre manouche et une longue file de Parisiens venus faire un dernier voyage gratuit (sur présentation d'un justificatif) se sont pressés devant le manège qui devait effectuer ses derniers tours à 23h00.

L'attraction était installée de manière saisonnière place de la Concorde depuis l'hiver 1993 -avec un nouveau modèle en 2009- et avait été un des phares des festivités du passage à l'an 2000.

La mairie de Paris "nous a fichus dehors comme des malpropres et ça fait mal au coeur", a affirmé à l'AFP son propriétaire Marcel Campion avant de rejoindre sous une tente des dizaines de "copains" dont la chanteuse Régine, pour un "pot de départ".

La fille de Johnny Hallyday, Laura Smet, avait auparavant remis un chèque de 90.000 euros au nom des forains à l'Institut Rafaël contre le cancer.

La soirée devait se terminer par un "embrasement de la roue, puis les camions arrivent demain et on démonte", a ajouté le +roi des forains+, "sans pincement au coeur. J'ai confiance en la justice de mon pays".

Car le manège, qui attirait entre 300.000 et 400.000 visiteurs par an, est au coeur d'une bataille judiciaire entre Ville de Paris et l'exploitant, jusqu'à présent perdue par ce dernier. M. Campion attend désormais le résultat d'un ultime recours au Conseil d'Etat, qui doit se prononcer avant le 8 juillet.

Le Conseil de Paris a en effet voté à l'unanimité le 22 novembre 2017 le non-renouvellement de la convention d'occupation du domaine public pour l'attraction, expirant le 5 juillet 2018, que le forain a contesté en justice.

- "La meilleure vue pour voir tout Paris" -

Car le manège s'était attiré au fil des ans de multiples critiques des élus parisiens, de la majorité comme de l'opposition.

Tout en reconnaissant qu'elle était une animation populaire appréciée, ils pourfendaient tant le lieu de son installation que la personnalité controversée de son propriétaire.

Pour les uns, elle obstruait la perspective de l'axe royal, entre Carrousel du Louvre et Arc de Triomphe, pour les autres elle prenait la place des piétons ou constituait un "Luna park" au coeur de la capitale.

Un rapport très critique en décembre 2017 de la chambre régionale des comptes d'Ile-de-France a aussi pointé "irrégularités et nombreuses faiblesses" dans la gestion par la Ville du marché de la Grande roue, comme du marché de Noël également créé en 2008 par M. Campion et lui aussi annulé par la Ville. Une enquête judiciaire est en cours.

Aujourd'hui, rien ne va plus entre la maire PS de Paris Anne Hidalgo et Marcel Campion, membre de son comité de soutien aux municipales de 2014. "Mme Hidalgo s'est fait piéger par son entourage", assure-t-il.

A partir de samedi, le manège de 70 mètres de haut, ses 48 nacelles et ses 400 tonnes, seront placés dans 18 semi-remorques. Il a fait l'objet d'une proposition de vente, "pour l'instant" refusée, à Moscou.

La Ville de Paris, qui ne veut pas rompre totalement avec ce type d'attraction, réfléchit à un nouvel emplacement. Pour aller où ? "Une grande roue, ça doit être au coeur de Paris, c'est là que ça vit, là qu'il y a des touristes", dit M. Campion.

Karen, une quadragénaire fonctionnaire, a fait plus d'une demi-heure de queue pour monter dans la roue qu'elle voit partir "avec grand regret. C'était un des petits plus incontournables de Paris, ça fait partie de son patrimoine".

Pour les jeunes Chinoises Anqi Tang et Keyi Xu, l'une en stage, l'autre étudiante dans la capitale, "c'est dommage pour les touristes. C'était la meilleure vue pour voir tout Paris".

Vos commentaires