En ce moment
 

Deutsche Bank voit grand dans la gestion d'actifs, désormais cotée

Deutsche Bank voit grand dans la gestion d'actifs, désormais cotée
La filiale gestion d'actifs de Deutsche Bank introduite en Bourse Daniel ROLAND

La première banque allemande Deutsche Bank a introduit en Bourse vendredi sa filiale de gestion d'actifs DWS pour la renforcer à l'international et profiter de l'appétit des investisseurs pour les petits nouveaux de la cote.

"On va s'appuyer sur 60 ans d'héritage depuis la fondation de DWS pour créer un deuxième champion européen", a déclaré vendredi à l'AFP Nicolas Moreau, directeur général de la société, qui venait de secouer la cloche sur le parquet de Francfort, une tradition lors de chaque première cotation.

"Notre grand frère s'appelle Amundi (le groupe français également coté et leader européen en termes d'actifs sous gestion). A nous de croître à partir de notre position", a ajouté le dirigeant français, arrivé chez Deutsche Bank en 2016 après 25 années passées chez l'assureur Axa.

Avec 700 milliards d'euros d'actifs sous gestion, DWS brasse deux fois moins d'argent qu'Amundi, et émarge plus loin encore du géant américain Blackrock, avec 5.100 milliards d'euros en portefeuille.

Voulant renforcer son rayonnement international, l'allemande va troquer partout l'ancienne marque "Deutsche Asset Management" contre celle de "DWS" surtout utilisée à ce jour en Allemagne.

- Période propice -

Siemens, en mettant en Bourse vendredi dernier sa branche santé rebaptisée "Healthinners", poursuivait un but similaire. Mais si le géant industriel avait empoché 4,2 milliards d'euros en plaçant 15% de sa filiale, Deutsche Bank s'est contentée de 1,4 milliard d'euros, contre 1,8 milliard attendu au maximum.

Ces opérations montrent que l'année 2018 est partie sur un rythme élevé en matière d'entrées en Bourse, d'autres opérations devant suivre.

"L'année 2018 s'annonce riche en IPOs. Les valorisations et les résultats d'entreprises sont élevés et la volatilité est basse", a expliqué mardi devant la presse Patrick Frowein, codirecteur de la branche européenne de corporate finance chez Deutsche Bank.

Introduit au cours de 32,55 euros, soit légèrement au-dessus du prix d'émission de 32,50 euros communiqué la veille, le titre DWS perdait 0,6% à 32,36 euros vendredi en matinée, sur fond de Dax en fort repli de 1,78%.

Le titre DWS, coté sur le marché réglementé, a séduit les investisseurs qui ont demandé 2,5 fois le nombre de titres offerts pendant la période de souscription, a appris l'AFP auprès d'une source financière.

La banque allemande a finalement placé 44,5 millions de titres de sa filiale, contre 50 millions selon le maximum prévu au départ.

- Rentable -

Le capital flottant ressort à 22,5% et Deutsche Bank s'est engagé à rester un bon moment un actionnaire majoritaire.

DWS vaut aujourd'hui 6,5 milliards d'euros, ce qui en fait un candidat à l'indice MDax des valeurs moyennes.

Le cercle des nouveaux actionnaires compte le premier assureur-vie japonais Nippon Life, avec 5% des actions, en pouvant servir de partenaire en vue de développements en Asie.

Avec 3.800 employés, dont environ 900 experts en placement, DWS gère une palette de 600 fonds investis en actions et obligations, dans l'immobilier et le capital risque, ou reflétant un indice (ETF).

L'entreprise peut se targuer, à l'inverse de sa maison mère, d'aligner des bénéfices depuis 3 ans, avec un bond de 40% l'an dernier, à 633 millions d'euros.

Aussi, DWS a reçu le statut de commandite, une forme juridique d'entreprise qui permet à un noyau d'actionnaires de contrôler à tout moment la société.

"Les investisseurs l'ont très bien accepté et on va pouvoir utiliser la flexibilité de la commandite pour se développer encore plus vite", juge Nicolas Moreau.

Interrogé sur l'éventuel handicap d'être coiffé par une banque pas encore sortie de ses difficultés, il répond: "Deutsche Bank est dans une phase de transition, on va les aider".

Vos commentaires