En ce moment
 

TF1 va continuer à améliorer sa marge, le bras de fer avec Orange continue

TF1 va continuer à améliorer sa marge, le bras de fer avec Orange continue
Gilles Pélisson, PDG du groupe TF1, à La Rochelle, le 15 septembre 2017XAVIER LEOTY

TF1 a confirmé qu'il voulait continuer à renforcer sa marge jusqu'en 2019 après avoir amélioré sa rentabilité l'an dernier, tandis que le bras de fer avec l'opérateur Orange sur les contrats de diffusion de ses chaînes se poursuit.

"C'est un peu tendu avec Orange mais nous continuons de discuter et j'ai bon espoir que nous allons aboutir", a déclaré le PDG du groupe Gilles Pélisson, évoquant les difficiles négociations sur un accord de distribution des chaînes en clair pour les clients de l'opérateur, au cours d'une conférence pour les analystes.

Mais signe supplémentaire que la pression ne retombe pas, Orange a confirmé de son côté avoir renoncé à des campagnes de publicité sur TF1: "Orange n'a fait que lever des options" dans des contrats "dans le respect des conditions générales de vente de TF1", a indiqué un porte-parole de l'opérateur à l'AFP.

Le groupe de télévision négocie depuis 2016 avec ses diffuseurs afin d'obtenir une rémunération pour la fourniture de ses chaînes en clair - TF1, TMC, TFX (ex-NT1), TF1 Séries Films (ex-HD1) et LCI - qu'il fournissait jusque-là gratuitement.

TF1 a publié vendredi un bénéfice net de 136,1 millions d'euros pour 2017, multiplié par trois sur un an. Une performance qui vient valider la stratégie de Gilles Pélisson, aux commandes depuis mars 2016, de repositionnement des chaînes de la TNT et d'une accélération dans le numérique.

Le chiffre d'affaires du groupe de télévision a crû de 3% l'an dernier à 2,062 milliards d'euros, la hausse atteignant 2,1% pour les seuls revenus publicitaires.

- audiences en progression -

Le groupe a réussi à faire légèrement progresser son audience l'an dernier: pour les cinq chaînes en clair, elle gagne 0,3 point à 27,7% grâce à un renouvellement des programmes d'avant-soirée, comme "Demain nous appartient" sur TF1.

Il compte à l'avenir continuer à miser sur des séries françaises tout en se montrant plus sélectif dans l'achat de séries et films américains.

L'an dernier, les revenus publicitaires de ses chaînes ont renoué avec une croissance de 1,7%, alors qu'ils avaient reculé de 1% en 2016.

Le parrainage, notamment, a bondi de 27% l'an dernier. Et le groupe compte à nouveau exploiter à plein ce format à l'occasion de la Coupe du monde de football cet été, temps fort de 2018 avec la diffusion de 28 matches.

Le résultat opérationnel courant du groupe a progressé de 43,2% à 129,4 millions d'euros, porté par la stratégie multichaînes du groupe, le renforcement du numérique et la poursuite des économies sur les programmes.

TF1 a réalisé des économies de 27,7 millions sur le coût des programmes l'an dernier, auxquelles s'ajoutent des économies récurrentes de 27 millions au titre de son plan "Recover".

Cela se traduit par une amélioration de son taux de marge de 2,4 points à 8,7%. Pour 2018, TF1 table encore sur "une progression du taux de marge opérationnelle courante" et confirme son objectif de parvenir à un taux de marge à deux chiffres en 2019.

"Ces résultats témoignent du fait que le groupe est sur la bonne trajectoire pour atteindre ses objectifs", a souligné le directeur financier du groupe Philippe Denery au cours d'une conférence téléphonique.

Le groupe annonce qu'il compte encore réduire son coût de grille en ramenant le coût annuel des programmes à 960 millions d'euros (hors événement sportif majeur), sur la période 2018-2020, contre 980 millions envisagés précédemment.

Outre une politique d'achat plus économe de ses contenus français et américains, avec la fin des "output deals", de larges contrats passés avec les studios américains, le groupe veut aussi économiser sur l'info, en développant les synergies entre LCI et TF1.

Et il réaffirme son ambition d'une croissance des activités hors publicité des cinq chaînes gratuites qui devraient représenter au moins un tiers du chiffre d'affaires consolidé en 2019.

Les analystes ont souligné cependant des résultats mitigés au quatrième trimestre: le chiffre d'affaires de 658 millions d'euros en hausse de 3,5% "a été légèrement au dessus du consensus, alors que le résultat d'exploitation était un peu décevant", à 64 millions, en baisse de 5,6%, soulignent dans une note les analystes de Bryan Garnier.

TF1 devrait verser un dividende de 0,35 euro, contre 0,28 euro l'an dernier.

Vos commentaires