En ce moment
 
 

Ecran noir pour BFMTV sur la box d'Orange, en désaccord avec Altice

Ecran noir pour BFMTV sur la box d'Orange, en désaccord avec Altice
Le PDG de l'opérateur Orange Stéphane Richard a estimé jeudi, sur France 2, qu'il était "envisageable" d'en venir à également couper le signal des chaînes du groupe Altice, BFMTV, RMC Découverte et RPhilippe HUGUEN

Plus d'une semaine après les abonnés de Free, au tour des détenteurs d'une box Orange d'être privés des chaînes gratuites du groupe Altice, en particulier BFMTV, les deux opérateurs n'ayant pas trouvé d'accord de rémunération.

"Nous avons coupé les chaînes d'Altice ce matin", à savoir BFMTV, RMC Découverte et RMC Story, a dit jeudi un porte-parole d'Orange à l'AFP.

"Nous sommes confiants dans la possibilité de reprendre les discussions ce matin. Nous n'avons aucun accord signé et nous ne transigerons pas sur les principes que nous avons édictés".

Orange compte pratiquement 12 millions d'abonnés internet fixe, tandis que Free, qui avait le premier cessé la diffusion des chaines gratuites d'Altice le 27 août, en compte 6,4 millions, ce qui va peser sur leur audience.

"Nous espérons que dans quelques heures le signal sera rendu aux téléspectateurs", a réagi Alain Weill PDG d'Altice France, qui s'est dit "surpris" lors de la présentation de la nouvelle grille de BFMTV.

"Hier (mercredi, NDLR) nous avions envoyé un contrat sur la base des dernières propositions avec Orange, a-t-il ajouté. Nous avons proposé à Orange ce matin de reprendre nos signaux et de pouvoir distribuer nos chaînes comme la loi les y contraint."

"Après (...), s'ils n'y a pas d'accord sur les services associés (le replay et des contenus supplémentaires, NDLR) ils ne reprendront pas les services associés", dit-il encore.

Ce qui semble signifier qu'Altice a cédé sur la question de la rémunération des chaines et ne serait plus disposé à faire payer aux diffuseurs que les services associés. Un arrangement similaire avec Free pourrait également ouvrir la voie à une certaine détente.

"Nous espérons une reprise des négociations ce matin", a simplement ajouté ensuite un porte-parole d'Orange, "nous ne remettrons rien tant qu'un accord ne sera pas signé".

- Groupes de télé sous pression -

Pour les téléspectateurs des chaines Altice sur la box Orange, la matinée a donc commencé par un écran noir laissant apparaître un message d'excuses et d'explications, sept jours après l'intervention du PDG d'Orange Stéphane Richard qui avait indiqué que ce scénario était "envisageable".

"Le groupe Altice a décidé de modifier profondément les conditions de distribution de ses chaines de la TNT gratuites (...)", indique ce message. "Orange et le groupe Altice n'ont pas trouvé d'accord sur ces nouvelles conditions. Dans ce contexte nous sommes contraints d'interrompre momentanément l'accès à cette chaîne sur la TV d'Orange".

"Nous espérons que cette interruption sera temporaire", indique encore Orange, à l'attention de ses utilisateurs, laissant, là encore la porte ouverte à un rétablissement rapide du signal.

Orange et le groupe Altice, qui est aussi maison-mère de l'opérateur SFR, n'ont pas réussi à trouver d'accord concernant la diffusion des trois chaînes via la box Orange. Les chaines d'Altice sont également indisponibles sur la Freebox pour la même raison.

Elles restent en revanche toujours accessibles aux abonnés via la TNT, ce qui nécessite de brancher la box sur l'antenne de télévision et de lancer une recherche de fréquences.

Altice entend être rémunéré pour la diffusion de ses chaînes et de services associés (comme les programmes disponibles en replay ou rattrapage), sur le même modèle que les accords conclus entre Free et les groupes TF1 et M6. De son côté, Free est d'accord pour payer pour les services associés mais pas pour la diffusion de la chaîne en temps réel.

Mais de sources proches, Altice peine à proposer des services à même de convaincre ses concurrents d'ouvrir leur porte-monnaie.

"Il est difficile de proposer des services à valeur ajoutée sur une chaîne d'information en continue", remarque un bon connaisseur du dossier.

Altice a déjà conclu des accords de rémunération avec Bouygues Telecom, Canal+.

Les groupes télévisuels, attaqués notamment par les plateformes de streaming tels que Netflix, Amazon Prime ou Hulu d'une part et Facebook et Google sur la publicité de l'autre, cherchent à obtenir de nouvelles sources de revenus. Ils estiment que les opérateurs, qui attirent également des clients en proposant de la télévision gratuite, doivent leur verser une compensation.

Vos commentaires