En ce moment
 

Edenred confiant pour le second semestre malgré des effets de change négatifs

Edenred confiant pour le second semestre malgré des effets de change négatifs
Le groupe de services prépayés Edenred propose à ses clients des avantages aux salariés (Ticket Restaurant, Ticket Cesu...)ERIC PIERMONT

Le groupe de services prépayés Edenred, maison mère de Ticket Restaurant, s'est dit confiant pour le second semestre 2018 grâce à une croissance vigoureuse de son activité au deuxième trimestre dans ses deux principaux métiers, en dépit d'effets de change très négatifs en Amérique latine.

La société a publié mardi un bénéfice net de 124 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 665 millions d'euros au premier semestre, tous deux supérieurs aux attentes. Le consensus des analystes compilé par la société Factset tablait respectivement sur 120 et 655 millions d'euros.

La Bourse a salué ces chiffres: le titre bondissait de 11,71% à 31,95 euros à 10H35 dans un marché en hausse de 0,80%, les analystes d'Invest Securities saluant "une amélioration pour toutes les zones, même pour l'Amérique latine", tandis que ceux de Bryan Garnier se félicitaient de "chiffres supérieurs au consensus".

L'activité a progressé de 2,3% en dépit d'"effets de change fortement négatifs" (-8,2%) et d'un "impact négatif lié au Venezuela" (-0,5%) que le groupe a sorti de ses comptes en raison d'une inflation galopante, tandis qu'un "effet de périmètre" a joué positivement (+0,9%).

Sans les effets de change sur les monnaies d'Amérique latine, où le groupe se félicite d'un "retour de la croissance de l'activité +avantages aux salariés+ au deuxième trimestre au Brésil", la hausse du chiffre d'affaires aurait été de 10,1% (+2,3% en publié).

"Confiant" pour la seconde partie de l'exercice, Edenred, né de la scission avec l'hôtelier Accor en 2010, annonce tabler sur un résultat opérationnel (Ebit) compris entre 440 et 470 millions d'euros en 2018 (429 millions l'an dernier), si les principales monnaies dans lesquelles il opère restent, au second semestre, à leur taux de change au 30 juin.

"Grâce notamment à l'accélération de notre croissance au deuxième trimestre, nous avons enregistré sur l'ensemble du semestre une croissance organique à deux chiffres en Europe comme en Amérique latine", les deux grandes zones d'activité du groupe, se félicite le PDG Bertrand Dumazy.

Et cela, tant dans le "pôle avantages aux salariés" que celui des "solutions de mobilité professionnelle", les deux principales activités d'Edenred, précise-t-il.

"Cette forte progression de nos revenus s'est traduite par une nouvelle amélioration" de la marge opérationnelle, dit-il.

- "Bonne dynamique commerciale" en Amérique latine -

Edenred propose à ses clients des avantages aux salariés - Ticket Restaurant, Ticket Cesu (chèques empoi service préfinancés), etc.. -, qui représentent 66% de son chiffre d'affaires opérationnel, des solutions de mobilité professionnelle, qui constituent 25% de l'activité, et des solutions complémentaires (9%).

Il prévoit de "dépasser significativement" ses objectifs de croissance organique en 2018 et réitère tabler sur une hausse du chiffre d'affaires opérationnel "supérieure à 7%" et une croissance organique du résultat opérationnel courant "supérieure à 9%".

Le chiffre d'affaires des "avantages aux salariés" atteint 420 millions d'euros (+10% en données comparables), bénéficiant d'une "pénétration accrue en Europe" auprès des PME.

Le groupe, qui a remporté des contrats en France avec La Poste et Société Générale, voit "monter rapidement en puissance" ses solutions de paiement innovantes (paiement sans contact), ce qui lui assure un "fort levier de croissance", a-t-il indiqué lors d'une conférence téléphonique.

Ce pôle a également profité d'une "bonne dynamique commerciale" en Amérique latine.

Du côté de la "mobilité professionnelle", le chiffre d'affaires de 161 millions d'euros a crû de 16,3% en données comparables (+4,2% en publié). Edenred affiche là encore une "dynamique commerciale forte" en Amérique latine avec notamment la signature d'un "contrat exclusif" avec Shell en Argentine. Sa solution de gestion des frais professionnels Empresarial, lancée au Mexique, se vend dans trois nouveaux pays, Argentine, Brésil et Chili.

Les "solutions complémentaires" (comme le paiement inter-entreprises avec une carte de paiement virtuelle, où Edenred a signé un contrat avec Foncia) affichent une croissance de l'activité de 3% à 59 millions d'euros, (+10% en comparable).

Le groupe emploie plus de 8.000 collaborateurs et compte 750.000 entreprises et collectivités clientes.

Vos commentaires