Embraer en "discussions avancées" avec Boeing pour un rapprochement

Embraer en
Embraer et Boeing sont en "discussions avancées" pour un rapprochementERIC PIERMONT

Embraer et Boeing sont en "discussions avancées" pour un rapprochement, a indiqué à l'AFP le constructeur aéronautique brésilien tout en refusant de donner de détails.

"Embraer n'entend pas donner de précisions mais les discussions entre les deux groupes sont avancées", a affirmé le groupe lundi soir.

Embraer réagissait à des informations publiées lundi par le quotidien Valor selon lesquelles les deux parties "étaient déjà en phase de préparation des protocoles d'accord et avaient demandé une réunion pour les soumettre" au gouvernement brésilien. Selon le journal, la réunion "est attendue dans les deux prochaines semaines".

Toujours selon le quotidien, "les documents prévoient une association entre les deux groupes au sein d'une coentreprise, placée sous le contrôle de Boeing" et "avec une participation minoritaire d'Embraer".

S'agissant de la division d'appareils militaires d'Embraer, "une entité séparée sera créée détenue intégralement par le constructeur brésilien", poursuit Valor.

Une telle association dépend encore de l'approbation des autorités brésiliennes. Quand Embraer a été privatisée , le gouvernement brésilien a maintenu une "action spécifique" (golden share) qui lui donne le pouvoir de décision sur la stratégie du groupe.

En mai dernier, le PDG de Boeing Dennis Muilenburg avait fait état mercredi de "très bonnes discussions" avec Embraer tout en reconnaissant qu'il y avait encore des points d'achoppement avant un éventuel rapprochement de leurs activités d'avions commerciaux.

Troisième constructeur mondial avec près de 6 milliards de dollars de chiffre d'affaires et 16.000 employés, Embraer, privatisé en 1994, est un des joyaux industriels du Brésil avec non seulement une gamme d'avions civils, militaires, mais encore de jets d'affaires.

La prise de contrôle des avions de ligne d'Embraer permettrait à Boeing de compléter son portefeuille en y ajoutant des appareils d'une capacité allant jusqu'à 150 sièges et de regagner du terrain dans le segment des moyen-courriers face à Airbus, qui a noué en octobre dernier un partenariat stratégique avec le canadien Bombardier portant sur les avions CSeries.

Vos commentaires