En ce moment
 

Escroquerie à l'éolien domestique: trois ans de prison ferme requis pour l'ancien PDG

Escroquerie à l'éolien domestique: trois ans de prison ferme requis pour l'ancien PDG
Des éoliennes à Plomodiern, le 6 mars 2018LOIC VENANCE

Cinq ans de prison, dont trois ferme, ont été requis mercredi à Orléans à l'encontre de l'ancien dirigeant de France Éoliennes dans une vaste affaire d'escroquerie portant sur la commercialisation d'éoliennes domestiques défectueuses qui a fait 600 victimes.

Le tribunal correctionnel d'Orléans a mis son jugement en délibéré au 15 mai à 13h30.

Le procureur de la République Jean-Dominique Trippier, représentant le ministère public, a justifié sa demande de peine de prison ferme et non aménageable à l'encontre de l'ancien PDG, Frédéric Bénédite, par l'existence d'"un trouble social majeur".

Il a demandé à ce que cette peine soit assortie d'une mise à l'épreuve consistant à indemniser les quelques 600 parties civiles. Il a également demandé au tribunal de prononcer une amende de 200.000 euros et une interdiction définitive de gérer toute entreprise.

"Vous êtes parfaitement nuisible pour la vie économique et vous devez en être écarté définitivement", a considéré M. Trippier.

"La délinquance en col blanc, ça n'existe pas. Vous êtes un délinquant, au même titre que les trafiquants de produits stupéfiants", a encore lancé le procureur de la République, à l'issue d'un réquisitoire visant essentiellement l'ex-PDG de France Éoliennes.

Contre Jean-Marie Ollivier, 46 ans, accusé d'avoir occupé un poste de gérant de paille au sein de la société Wind Electric qui a succédé à France Éoliennes après sa liquidation judiciaire, le procureur a réclamé six mois de prison assortis d'une interdiction définitive de gérer une activité commerciale.

Les avocats de ces deux prévenus ont plaidé la relaxe.

Contre Cyrille Aumont, 44 ans, absent à l'audience et poursuivi pour tromperie, le procureur a réclamé une peine d'un an de prison et une amende de 50.000 euros. A la tête de la société Shops Discount, basée en Dordogne, il importait de Chine des éoliennes défectueuses ou non conformes, et disposait d'un contrat d'exclusivité avec France Éoliennes.

Entre 2006 et 2009, la société basée à Fay-aux-Loges (Loiret), a démarché des particuliers et des agriculteurs de toute la France, afin de les convaincre d'installer une éolienne sur leur propriété.

Il est apparu très vite que les aérogénérateurs fabriqués en Chine étaient de mauvaise qualité. Ils fournissaient une puissance de 3 kilowatts (kW), quand France Éoliennes promettait 5 kW.

Vos commentaires