En ce moment
 
 

France: le moral des ménages s'est légèrement amélioré en juillet

France: le moral des ménages s'est légèrement amélioré en juillet
Le siège de l'Insee le 14 juin 2019 à Monrouge (Hauts-de-Seine)Aurore MESENGE
Consommation

L'indice de confiance des ménages en France a continué de progresser en juillet pour le septième mois consécutif, en raison notamment de moindres craintes concernant le chômage, a annoncé vendredi l'Insee dans un communiqué.

L'indicateur, calculé sur la base de soldes d'opinion (différences entre proportion de réponses positives et négatives), s'est établi à 102 points, soit un point de plus qu'en juin.

Il dépasse ainsi sa moyenne de longue période, qui est de 100 points, et s'éloigne un peu plus de son très faible score de décembre: ce mois-là, il avait touché, à seulement 87 points, son plus bas niveau depuis 2014, en pleine crise des "gilets jaunes".

En juillet, la proportion de ménages jugeant opportun de faire des achats importants a ainsi augmenté pour le septième mois consécutif: le solde d'opinion correspondant a gagné trois points, après en avoir déjà gagné deux en juin.

L'opinion des ménages sur leur capacité d'épargne future a également légèrement progressé (+1 point), tandis que la part des ménages jugeant opportun d'épargner a légèrement baissé (-1 point), laissant entrevoir un possible rééquibrage entre l'épargne - actuellement très élevée - et la consommation.

Le solde d'opinion sur le niveau de vie futur en France, évaluant le sentiment des Français vis-à-vis du contexte économique hexagonale, est quant à lui resté stable, au-dessus de sa moyenne de long terme, précise par ailleurs l'Insee.

Les craintes des ménages concernant l'évolution du chômage, enfin, ont légèrement baissé: le solde correspondant perd deux points et reste ainsi bien en-dessous de sa moyenne de longue période.

Le moral des ménages est un élément important pour évaluer le niveau à venir de la consommation en France, et donc de la croissance économique, fortement dépendante des achats des consommateurs français.

Vos commentaires