En ce moment
 
 

GE Belfort: 2.600 personnes manifestent contre le plan social

GE Belfort: 2.600 personnes manifestent contre le plan social
Des manifestants défilent en soutien aux employés du site de Belfort de General Electric, visé par un plan social,le 19 octobre 2019 à BelfortSEBASTIEN BOZON

Environ 2.600 personnes ont défilé samedi après-midi en soutien aux employés du site de Belfort de General Electric, visé par un plan social, sur fond de division syndicale, a constaté un correspondant de l'AFP.

Le défilé de 2.600 personnes, selon le décompte de la préfecture, s'est mis en marche aux alentours de 14H30 sous la pluie pour arriver environ 45 minutes plus tard devant l'usine General Electric, où étaient également présents quelque 250 "gilets jaunes". La manifestation s'est dispersée avant 16H00 tandis qu'une délégation d'élus et de délégués syndicaux ne soit reçue à la préfecture.

Outre la présence d'élus locaux, le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a participé, sans faire de déclaration, à la manifestation. Sur Twitter, il a estimé que General Electric était "un fleuron de notre industrie nécessaire pour réaliser la transition énergétique que #Macron et ses amis ont abandonné".

Le rassemblement a débuté sur la décision de la CGT de ne pas se joindre au défilé. Le syndicat a préféré retourner, de son côté, jusqu'au piquet de grève devant l'usine et se désolidariser des syndicats Sud et CFE-CGC accusés par certains d'être des "vendus" à cause des discussions menées avec la direction.

Ce sont "les salariés et uniquement les salariés qui feront ce choix de rentrer en négociation (...)" portant notamment sur un "rallongement du délai de la négociation du plan social avec 300 emplois sauvés", avait déclaré le délégué CFE-CGC Philippe Petitcolin, avant le départ de la manifestation, mettant en garde contre "les engagements de GE (qui) ne valent rien du tout".

Les salariés doivent se prononcer lundi matin, dans un vote à main levée, sur deux nouvelles options de plan social proposées par la direction: l'une réduisant de 111 postes l'objectif initial de 792 suppressions de postes, l'autre le réduisant de 307 postes, mais en contrepartie d'un "plan de réduction de coûts et d'amélioration de la performance du site".

Si les salariés repoussaient lundi la seconde option, "nous serions amenés à acter le plan a minima qui est moins confortable que celui qui sauve 300 emplois", a prévenu dans une interview à l'Est Républicain, Patrick Mafféïs, vice-président des opérations industrielles de GE Power Europe, qui ne souhaite pas se "projeter dans cette situation-là" et compte parvenir à un accord avec les trois organisations syndicales.

Les ateliers de production des turbines à gaz à Belfort et du site de Bourogne(Territoire-de-Belfort) sont désormais bloqués depuis une dizaine de jours.

"Notre souhait est qu’il n’y ait aucun départ contraint, qu’on arrive avec des mesures d’âges, avec des départs volontaires à faire que personne ne reste sur le bord de la route", a pour sa part déclaré le maire de Belfort, Damien Meslot, évoquant "des avancées notables qui ne sont pas encore suffisantes".

Le 22 juin, environ 5.000 personnes avaient déjà manifesté à Belfort contre le "rouleau compresseur" de General Electric, qui emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.800 dans l'entité des turbines à gaz, visé principalement par le plan social.

Vos commentaires