En ce moment
 
 

GP de France de F1: un million d'euros pour éviter les embouteillages

GP de France de F1: un million d'euros pour éviter les embouteillages
Lewis Hamilton, vainqueur du Grand Prix de France avec sa monoplace Mercedes, lors des essais au Castellet le 23 juin 2018GERARD JULIEN

Les organisateurs du Grand Prix de France de F1 au Castellet vont dépenser un million d'euros pour éviter cette année la répétition des embouteillages monstres qui avaient marqué la première édition depuis 27 ans de cette course l'an passé.

Ce plan d'action "mobilités" présenté jeudi vise à fluidifier le trafic autour du circuit lors des essais et de la course qui se dérouleront du 21 au 23 juin.

La première édition du Grand Prix de France sur le circuit Paul Ricard depuis 1990 "a été un très grand succès", a rappelé lors d'une conférence de presse à Paris Gilles Dufeigneux, le directeur-général du GP, avec plus de 160.000 spectateurs sur les trois jours (essais et course).

"Mais les accès au circuit se sont révélés difficiles", a-t-il reconnu, en ajoutant que leur amélioration était "la priorité" des organisateurs pour l'édition 2019 après les "dysfonctionnements" rencontrés en 2018.

De nombreux spectateurs n'avaient pu atteindre le circuit le vendredi lors des essais libres et la préfecture du Var avait fait état d'une circulation encore "très difficile" le dimanche soir, cinq heures après la fin de la course. Quelque 2.000 spectateurs avaient signé en ligne une demande de recours pour réclamer un dédommagement.

Parmi les mesures annoncées jeudi figurent notamment la gratuité des parkings, qui doit permettre d'éviter les ralentissements crées par les contrôles, et la mise en place de 170 navettes gratuites qui relieront le circuit à des parkings situés près des autoroutes, des gares et des aéroports proches (Marseille et Aix-en-Provence notamment).

La taille des parkings sera réduite et leur nombre augmenté pour éviter les goulets aux entrées/sorties. Une voie réservée aux véhicules transportant plus de cinq personnes sera créée et les spectateurs encouragés à venir au circuit en deux-roues avec un parking bitumé dédié. L'an dernier, seulement 5% des spectateurs étaient venus en deux-roues, ont indiqué les organisateurs.

Une route départementale en sens unique pendant deux à trois heures chacun des trois jours contribuera à accélérer la sortie des véhicules vers le sud en fin de journée.

"L'objectif est de diminuer d'un tiers le nombre de véhicules accédant directement au circuit, soit plus de 10.000" en moins, ont souligné les responsables de l'opération. Une application sur internet sera proposée aux spectateurs pour les informer en temps réel de la situation et encourager le covoiturage. La signalétique routière sera enfin plus dense dès les sorties de l'autoroute pour mieux diriger les flux de circulation.

Les emplacements de camping seront plus nombreux et des passerelles piétons installées pour éviter que ceux-ci ne traversent les axes de circulation. Par ailleurs, les entreprises locales seront encouragées à accorder des jours de RTT à leurs employés le vendredi pour réduire la circulation locale.

Ces mesures vont être présentées début mars à un groupe pilote de spectateurs qui avaient assisté à l'épreuve l'an dernier, a précisé Gilles Dufeigneux.

Vos commentaires