En ce moment
 

Grande-Bretagne: Tesco lance sa chaîne discount pour contrer les allemands Aldi et Lidl

Grande-Bretagne: Tesco lance sa chaîne discount pour contrer les allemands Aldi et Lidl
Le directeur général de Tesco, Dave Lewis, dans une magasin Jack's, à Chatteris (est de l'Angleterre), le 19 septembre 2018Daniel LEAL-OLIVAS
Consommation

Le géant britannique de la distribution Tesco tente le pari du discount avec sa nouvelle chaîne de magasins Jack's, destinée à concurrencer sur leur terrain les allemands Aldi et Lidl, en plein boom au Royaume-Uni.

Cette chaîne, dont les deux premiers magasins ouvriront au public jeudi dans le centre et le nord de l'Angleterre, est baptisée "Jack's", d'après le nom du fondateur du groupe au début du XXe siècle, Jack Cohen, selon un communiqué publié mercredi.

L'ambition de Tesco est de lancer dans les six prochains mois de 10 à 15 magasins Jack's au Royaume-Uni, avec un investissement de départ situé entre 20 et 25 millions de livres.

Le groupe compte à la fois ouvrir de nouveaux supermarchés et transformer quelques magasins Tesco en Jack's, ce qui permettra de créer 250 emplois.

Le directeur général de Tesco, Dave Lewis, a indiqué lors de l'inauguration du magasin de Chatteris (centre de l'Angleterre) que d'autres ouvertures étaient possibles mais que "ce n'est pas un calcul que nous faisons à l'heure actuelle".

Le groupe a assuré que Jack's aura un modèle à bas coût, afin d'obtenir les prix les plus bas possible, avec l'objectif de proposer 8 produits sur 10 fabriqués au Royaume-Uni.

Jack's aura une gamme de 2.600 produits, soit moins qu'un magasin Tesco classique, dont de nombreux seront vendus sous la nouvelle marque.

Le numéro un britannique entend répondre à la concurrence des enseignes de maxi-discount allemandes Aldi et Lidl, dont les ventes s'envolent au détriment des acteurs traditionnels, au moment où le pouvoir d'achat des ménages est sous pression dans le pays.

Aldi et Lidl, respectivement cinquième et septième enseigne au Royaume-Uni, ont une part de marché à elles deux de 13,1%, selon des chiffres du cabinet Kantar pour début septembre, contre 27,4% pour Tesco qui s'est nettement érodée ces dernières années.

- Des débuts modestes -

L'initiative de Tesco reste toutefois modeste pour l'heure, face aux plus de 1.300 magasins que comptent ensemble Aldi et Lidl dans le pays.

"Jack's ne va pas entamer immédiatement les parts de marché de la concurrence, en tout cas en considérant le nombre d'ouvertures annoncées aujourd'hui", souligne Fraser McKevitt, analyste chez Kantar, selon qui la nouvelle enseigne constitue "clairement un pari sur le long terme".

L'accent mis sur le discount pourrait en outre augmenter la pression sur les marges de Tesco, au moment où le groupe est en passe de réussir le redressement engagé depuis 2016 par son directeur général Dave Lewis, après des années de vaches maigres et un scandale comptable.

De leur côté, les numéro deux et trois, Sainsbury's et Asda (filiale de Walmart) ont déjà réagi en lançant en avril un projet de fusion qui doit aboutir l'an prochain mais qui fait l'objet d'une enquête approfondie de l'autorité de la concurrence.

Tesco lui-même a récemment augmenté sa force de frappe en acquérant Booker, le principal grossiste du pays et propriétaire de supérettes.

"Les discounters continuent de donner le ton sur le marché de l'alimentaire au Royaume-Uni", relevait dans un récent rapport le cabinet Euromonitor.

Selon ce dernier, "la demande des consommateurs pour des prix bas, du fait de l'inflation dans l'alimentaire à la suite du référendum sur le Brexit, ainsi que de la stagnation des salaires réels, explique en partie cela".

Le vote pour le Brexit a entraîné une chute de la livre, qui a eu pour effet, surtout en 2017, de renchérir le coût des biens importés et donc in fine les prix en magasins.

Les distributeurs britanniques doivent composer en outre avec l'arrivée sur le marché du géant américain Amazon, qui a racheté les magasins bio Whole Foods, ainsi qu'avec l'essor des ventes en ligne, comme en témoigne la bonne santé du spécialiste britannique Ocado.

Vos commentaires