En ce moment
 

Grève SNCF jeudi: un TGV sur 3 circulera, deux TER et Transiliens sur 5, comme mercredi

Grève SNCF jeudi: un TGV sur 3 circulera, deux TER et Transiliens sur 5, comme mercredi
Une photo prise le 18 avril 2018 montre un quai de gare vide à Auterive (Haute-Garonne)PASCAL PAVANI

Le trafic sera encore très perturbé à la SNCF jeudi, au deuxième jour de la 4e séquence de grève contre la réforme ferroviaire, avec un TGV sur trois, ainsi que deux TER et Transiliens sur cinq, a annoncé la direction mercredi.

Identiques à celles publiées pour mercredi, les prévisions de trafic pour jeudi annoncent également un train Intercités sur quatre, a indiqué le groupe dans un communiqué.

A l'international, il y aura trois trains sur quatre "en moyenne": quatre Eurostar sur cinq, un train Lyria sur trois, tandis que le trafic des Thalys sera "quasi normal", selon la SNCF.

Le groupe prévoit de faire circuler "250 TGV" au total jeudi.

En Ile-de-France, les lignes exploitées par la SNCF en commun avec la RATP seront aussi touchées jeudi par un appel à la grève lancé par quatre syndicats de cette régie de transports en commun.

Selon la direction de la RATP, le trafic sera ainsi perturbé sur la ligne B du RER, avec un train sur deux et un changement de train nécessaire en gare du Nord pour accéder à la zone SNCF. Sur la ligne A du RER, trois trains sur quatre sont prévus, avec un sur deux pour la branche Cergy-Poissy, exploitée par la SNCF.

Les agents de la RATP sont appelés à la grève notamment à l'occasion de la journée de mobilisation interprofessionnelle jeudi à l'appel de la CGT et de Solidaires, mais aussi pour des motifs propres à l'entreprise, dont la crainte d'une privatisation future et des problèmes d'effectifs.

A la SNCF, le quatrième épisode de deux jours de grève, commencé mardi soir, s'achèvera vendredi à 07H55. Le préavis du cinquième épisode de grève (de dimanche soir 20H00 au mercredi 25 avril à 07H55) a été déposé lundi par les syndicats CGT, Unsa et CFDT. SUD-Rail appelle lui à une grève illimitée depuis le lancement début avril de la mobilisation contre la réforme du rail, jugée "indispensable" par l'exécutif.

Vos commentaires