En ce moment
 

Huit entreprises sur 10 prévoient de renforcer les compétences de leurs collaborateurs

(Belga) Pour pallier la pénurie de talents croissante que connaissent la plupart des économies, et qui n'épargne pas la Belgique, 84% des employeurs prévoient de renforcer les compétences de leurs collaborateurs d'ici 2020, selon une étude de Manpower Group menée auprès de 19.000 d'entre eux dans 44 pays et révélée jeudi au Forum économique mondial de Davos.

Selon Manpower, l'ère de l'humain a pris le pas de celle du capital et c'est désormais le talent qui s'impose comme principal facteur de la différenciation des entreprises. La capacité d'apprentissage et d'adaptation est dès lors la priorité numéro une dans la gestion des carrières et des talents nécessaires au monde du travail futur. La modification des modes de travail, évoluant de relations de subordination à celles de collaboration, a aggravé la pénurie de talents, qui touche en Belgique 35% des employeurs d'après Manpower. L'accélération de la digitalisation et l'avènement de la robotisation vont amener, selon le groupe, tous les acteurs du monde du travail à anticiper de nouvelles évolutions. "Pour y arriver, ils doivent pouvoir disposer des compétences nécessaires pour faire face au futur. (...) Avant-hier, on recrutait sur la base des capacités acquises, hier, on mettait l'accent sur la passion et aujourd'hui, on examine le désir d'apprendre en permanence", avance Philippe Lacroix, managing directeur de ManpowerGroup Belux. Le constat est partagé par les 19.000 employeurs des 44 pays sondés par le groupe. Selon l'enquête, 84% d'entre eux prévoient d'ailleurs de renforcer les compétences de leurs collaborateurs d'ici 2020, alors qu'ils n'étaient que 21% à l'envisager en 2011. Manpower y voit un "signe de la prise de responsabilité accrue des employeurs face à cet enjeu majeur de l'employabilité". "La difficulté d'apprendre et de s'adapter deviendra la principale cause de chômage. Il est dès lors urgent de bâtir une véritable culture de l'apprentissage", conclut Philippe Lacroix. (Belga)

Vos commentaires