En ce moment
 

Inde: collision d'avions militaires à l'entraînement, un pilote tué

Inde: collision d'avions militaires à l'entraînement, un pilote tué
Des membres de l'armée de l'air indienne inspectent les débris d'un avion d'entraînement Hawk à Bangalore, le 19 février 2019.MANJUNATH KIRAN

Deux avions de l'armée indienne répétant un spectacle aérien pour un salon aéronautique sont entrés mardi en collision en plein vol, tuant l'un des pilotes.

Des témoins ont décrit comment les appareils ont perdu le contrôle et vrillé après s'être heurtés dans le ciel. Ils se sont écrasés à proximité d'une zone résidentielle, à l'extérieur de la base aérienne de Yelahanka, à Bangalore, une grande boule de feu montant alors dans l'air.

Un civil a été blessé par des débris et deux pilotes qui ont réussi à s'éjecter en parachute souffrent également de blessures, ont indiqué les autorités.

"Un pilote a succombé à ses blessures et deux autres pilotes se sont éjectés de deux avions d'entraînement avancés Hawk après une collision", a déclaré l'armée de l'air indienne dans un communiqué.

Une enquête officielle a été lancée sur cet accident, qui survient à la veille de l'ouverture du grand salon aéronautique indien Aero India. Les deux appareils devaient participer à un spectacle acrobatique au premier jour du rassemblement.

Cet accident meurtrier est le deuxième ce mois-ci pour l'armée indienne, qui investit massivement pour renouveler un équipement souvent obsolète.

Au début du mois, un avion de chasse Mirage 2000 modernisé par l'entreprise publique indienne Hindustan Aeronautics Limited (HAL) s'est écrasé peu après son décollage pour un vol d'essai, également à Bangalore. Ses deux passagers avaient réussi à s'éjecter mais ils étaient morts en atterrissant dans le brasier.

Dans le cadre de la modernisation de sa flotte de combat, New Delhi a conclu en 2016 l'achat de 36 Rafale à la France.

Ce contrat est au centre d'une polémique qui dure depuis plus d'un an en Inde. L'opposition accuse le gouvernement nationaliste hindou d'avoir favorisé un conglomérat privé comme partenaire de la société française Dassault, aux dépens de HAL.

Vos commentaires