En ce moment
 

Les campagnes au cœur du budget 2018-2019 de l'Inde

Les campagnes au cœur du budget 2018-2019 de l'Inde
Un fermier indien sur un marché de gros à Hyderabad le 1er février 2018NOAH SEELAM

Le gouvernement indien a présenté jeudi un budget annuel pour l'exercice 2018-2019 mettant l'accent sur les zones rurales, où vivent deux Indiens sur trois, à près d'un an des prochaines élections nationales.

Cette annonce revêt une signification politique particulière pour le gouvernement de Narendra Modi car il est le dernier budget complet de son mandat. Les nationalistes hindous retourneront en effet devant les urnes à l'occasion d'un scrutin qui devrait se tenir au printemps 2019.

"Nous avons lancé des programmes pour diriger les bénéfices des réformes structurelles et de la bonne croissance jusqu'aux fermiers, aux pauvres et d'autres sections vulnérables de nos sociétés pour tirer nos régions sous-développées", a déclaré le ministre des Finances Arun Jaitley devant le Parlement.

Si le géant démographique d'Asie du Sud connaît une urbanisation impressionnante, les zones rurales restent encore le berceau de la majeure partie de son 1,25 milliard d'habitants. L'agriculture, qui représente environ 15% du PIB mais emploie la moitié de la population active, peine à suivre le train de la croissance.

Le pouvoir en place craint de voir ainsi s'accroître les disparités entre la campagne et les villes et d'essuyer dans l'isoloir le mécontentement des villages.

Dévoilant une série d'initiatives visant différents secteurs agricoles, New Delhi a notamment annoncé qu'elle consacrerait au total pour cette année 14.340 milliards de roupies (180 milliards d'euros) pour développer l'infrastructure des zones rurales.

Nation au PIB de 2.500 milliards de dollars, l'Inde connaît actuellement un ralentissement de sa croissance mais sa progression reste cependant parmi les plus rapides des économies majeures de la planète.

Le rapport gouvernemental annuel sur l'état de l'économie, dévoilé en début de semaine, projette un rebond de la croissance sur l'exercice fiscal 2018/19 à 7-7,5%.

- Poids lourd mondial-

Affectée notamment par une démonétisation controversée et la mise en œuvre chaotique d'une TVA harmonisée, l'expansion du PIB devrait à nouveau freiner sur l'année budgétaire en cours (1er avril 2017-31 mars 2018), à 6,75%, un plus bas depuis l'arrivée au pouvoir des nationalistes hindous en 2014.

Si ce niveau a de quoi faire pâlir d'envie bien des capitales, le ralentissement pose un défi pour l'Inde qui peine à créer suffisamment d'emplois productifs pour absorber le près d'un million de jeunes qui entrent chaque mois sur le marché du travail.

Narendra Modi est arrivé aux commandes du pays en promettant de dynamiser la croissance et de transformer ce pays d'Asie du Sud en poids lourds de l'économie mondiale.

Son gouvernement veut entre autres développer le tissu industriel en incitant les entreprises du monde entier à produire sur son sol via une libéralisation des règles d'investissement étranger.

L'image de réformateur du Premier ministre l'a rendu particulièrement populaire à l'international, au point qu'il a prononcé cette année le discours d'ouverture du forum de Davos. Son assise politique semble solide sur la scène intérieure, malgré la crispation politico-religieuse de la société que lui reprochent ses détracteurs.

Vos commentaires