En ce moment
 

Italie: croissance de 0,9% en 2018, déficit public à 2,1%

Italie: croissance de 0,9% en 2018, déficit public à 2,1%
Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite), lors d'une conférence de presse à Rome le 11 février 2019Tiziana FABI
Italie

L'Italie a enregistré en 2018 une croissance de 0,9% de son PIB (Produit intérieur brut), avec un net ralentissement en fin d'année puisque le pays est entré en récession technique au second semestre, a indiqué vendredi l'Istat (Institut national des statistiques).

L'Institut a révisé à la baisse sa première estimation qui faisait état d'une croissance de 1%. Le gouvernement italien tout comme la Commission européenne tablaient eux aussi sur une hausse du PIB de 1% en 2018.

Le chiffre de 0,9% marque un net ralentissement par rapport au 1,6% de croissance enregistrée en 2017 par la péninsule. Il s'explique par un ralentissement de la hausse de la consommation domestique, des exportations et des investissements.

L'Italie est entrée en récession fin 2018, affectée par le ralentissement de l'économie européenne, les tensions commerciales au niveau mondial mais aussi un certain attentisme des entreprises, inquiètes de la politique menée par la coalition populiste au pouvoir à Rome depuis juin.

La péninsule, dont le PIB a reculé de 0,2% au 4e trimestre, après -0,1% au précédent, est le seul pays de la zone euro dans cette situation.

Et ce ralentissement est amené à se poursuivre.

Si le gouvernement, formé de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (antisystème), prévoit une croissance de 1% en 2019, la Banque centrale italienne et le Fonds monétaire international (FMI) tablent seulement sur une hausse de 0,6% et la Commission européenne sur 0,2%.

Certains sont encore plus pessimistes, comme Lorenzo Codogno, ancien économiste en chef du Trésor italien et désormais à la tête du cabinet LC Macro Advisors, qui prévoit un recul de 0,5% du PIB italien en 2019.

Du côté du déficit public, celui-ci a atteint 2,1% en 2018, en légère amélioration par rapport aux 2,4% de 2017. Il est néanmoins supérieur aux prévisions du gouvernement, qui tablait sur 1,9%.

Il est toutefois à son niveau le plus bas depuis 2007, quand il atteignait 1,5% du PIB.

Pour 2019, après un bras de fer avec la Commission européenne, la coalition a accepté de revoir à la baisse son déficit, le faisant passer à 2,04% contre 2,4% prévu initialement.

Pour faire face au ralentissement, le gouvernement italien estime nécessaire de mettre en oeuvre un budget expansionniste.

Mais si la croissance est inférieure au 1% qu'il prévoit, le déficit risque de se creuser davantage et de provoquer un nouveau bras de fer avec Bruxelles.

La Commission juge en effet crucial que l'Italie réduise sa colossale dette publique.

Supérieure à 2.300 milliards, elle s'élevait en 2018 à 132,1% du PIB, son record historique absolu, contre 131,3% en 2017, a indiqué vendredi l'Istat. Un chiffre là aussi supérieur aux attentes de la coalition qui prévoyait 131,7%.

Vos commentaires