En ce moment
 

Japon: manifestation contre le déménagement du marché aux poissons

Japon: manifestation contre le déménagement du marché aux poissons
Avant une vente aux enchères de thons au marché de Tsukiji, le 5 janvier 2018Kazuhiro NOGI
alimentation

Plusieurs centaines de personnes ont défilé samedi à la mi-journée à Tokyo contre le déménagement dans quelques jours du célèbre marché aux poissons de Tsukiji, jugeant le nouveau site inadapté et demandant à la justice de stopper l'opération.

"N'est-ce pas mieux à Tsukiji ?", "sauvons la culture de Tsukiji", "Tsukiji peut vivre 100 ans de plus", sous une pluie battante, pendant près de deux heures, des poissonniers des lieux, des clients, de simples amateurs de produits de la mer ont protesté en chantant et scandant ces slogans.

Parmi eux, l'avocat et ex-candidat au poste de gouverneur de Tokyo Kenji Utsunomiya : "J'ai toujours plaidé pour le maintien de Tsukiji. Nous avons déposé un recours en justice mais il faut aussi faire compagne en dehors des tribunaux. Pour les grossistes, le nouveau site, Toyosu, est inadapté, il va y avoir énormément de problèmes", a déclaré M. Utsunomiya à l'AFP.

Selon lui, le but du recours en justice est d'obtenir l'arrêt de Toyosu même si le déménagement, prévu le 11 octobre, a lieu.

"Nous ne comprenons pas pourquoi on raye de la carte un lieu comme Tsukiji qui a une réputation mondiale et que tous les touristes étrangers viennent voir, surtout à la veille des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020", a-t-il ajouté.

Les manifestants s'inquiètent des nouvelles conditions de travail à Toyosu et de la pollution de l'eau souterraine, un problème qui, selon eux, n'est pas totalement résolu. Le site de Toyosu était auparavant occupé par une usine à gaz.

Ils pointent aussi du doigt le risque sismique, Toyosu étant bâti sur un terrain artificiel gagné sur la mer.

"C'est étrange de déplacer le plus important marché aux poissons et primeurs du monde dans un endroit pollué, surtout quand la plupart des commerçants concernés y sont opposés", a insisté Asunaro Suetake, une des manifestantes qui ne travaille pas à Tsukiji mais se dit solidaire des commerçants.

Tsukiji, marché inauguré en 1935, désormais jugé sale et dangereux, doit fermer le 6 octobre pour rouvrir le 11 à Toyosu à quelques kilomètres, après des années de débats, de péripéties et reports.

La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, qui a pris la décision finale du déménagement à Toyosu, insiste sur le bénéfice d'installations modernes et d'une gestion sanitaire plus rigoureuse que permettra Toyosu.

Vos commentaires