En ce moment
 
 

Jean Paul Gaultier: "ce ne sont pas les funérailles de la fourrure"

Le couturier français Jean Paul Gaultier a déclaré mercredi à l'AFP qu'il pourrait revenir à la fourrure s'il était entièrement sûr de la traçabilité, mais qu'en attendant il recyclerait ses vieux stocks, en coulisses de son premier défilé haute couture sans fourrure à Paris.

Le créateur a annoncé en novembre qu'il renonçait à la fourrure, un "geste fort" salué alors par les associations pour la protection des animaux. La filière de la fourrure française ne perd cependant pas l'espoir qu'il change d'avis au nom de l'artisanat du luxe national.

- Comment avez-vous conçu votre première collection sans fourrure?

C'est une collection entièrement sans fourrure, avec des imprimés fourrure, c'est un trompe-l'oeil, de loin on croit que c'est de la fourrure.

L'inspirations de cette collection c'est le "sans fourrure" mais c'est quand même assez joyeux, ce ne sont pas les funérailles de la fourrure, pas du tout.

J'ai fait du "renard" et pour exagérer l'effet manteau de fourrure j'ai des doudounes avec leur relief qui accentuent le côté trois dimensions qu'a la fourrure. J'ai aussi des "fourrures" en plumes, en bijoux, en strass, en plein de matières. Les oiseaux ne sont évidemment pas massacrés: on fait attention.

J'aime beaucoup la fourrure, je trouve que c'est absolument magnifique et très chaud, mais maintenant on peut arriver à avoir cela autrement.

Tant que ce sera pas bien établi (comment sont traités et abattus les animaux dans les élevages, ndlr), je préfère ne plus en faire ou alors recycler des anciennes à moi, des manteaux que j'ai faits il y a 15 ans qui n'ont pas été vendus et avec lesquels je peux faire quelque chose d'autre. J'ai voulu montrer qu'on peut avoir l'effet fourrure en ayant chaud et c'est simplement une espèce de clin d'oeil.

- Vous n'excluez pas de revenir à la fourrure un jour?

Je deviens vieux maintenant, est-ce que je ferai encore des vêtement quand on arrêtera le massacre? Pour moi, c'est plutôt le recyclage. On est dans une époque où il y a trop de tout, alors ce n'est pas la peine de tuer les animaux.

Il faut recycler les vêtements, ce que j'ai fait depuis mes débuts, dans ma première collection j'ai recyclé des vieux jeans, des trucs en camouflage, je les ai coupés dans tous les sens. Je trouve qu'avec la fourrure on peut faire la même chose. Je crois que c'est une bonne voie, il ne faut pas brûler les vêtements.

- La fourrure est-elle toujours à la mode?

A une époque j'aimais la fourrure comme matière, mais ce que je n'aimais pas c'est l'image des femmes qui portaient de la fourrure, c'était l'image de la femme entretenue par un vieux monsieur très riche. C'était un peu un cliché. Je trouve que les femmes ont heureusement dépassé cela depuis longtemps: la fourrure n'est plus synonyme de cela.

J'ai un charmant petit chat, j'aime bien les animaux, les crocodiles à la limite ne me font pas de peine.

Revenir à la vraie fourrure oui, mais en faisant tous les efforts qu'il faut pour que tout soit correct, évidemment pas les animaux sauvages en voie de disparition.

Pour le moment, il faut calmer les choses.

neo/ial/nm

Vos commentaires