En ce moment
 

Kazakhstan : le président, déçu des résultats économiques, limoge son gouvernement

Kazakhstan : le président, déçu des résultats économiques, limoge son gouvernement
Le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, lors d'une conférence de presse le 14 septembre 2017 à AstanaSTANISLAV FILIPPOV

Le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, a limogé jeudi son gouvernement, insatisfait des performances économiques de ce pays d'Asie centrale qui souffre depuis plusieurs années de la faiblesse des prix du pétrole.

"Dans de nombreux secteurs de l'économie, malgré le vote de nombreuses lois et des décisions gouvernementales, des changements positifs n'ont jamais été atteints", a déclaré M. Nazarbaïev, cité dans un communiqué de la présidence.

Bien que certains ministres et vice-ministres puissent être reconduits à leurs postes, cette décision marque la fin du mandat de Premier ministre de Bakytjan Saguintaïev, qui avait pris es fonctions en 2016.

M. Saguintaïev, 55 ans, était jusque-là perçu par certains analystes comme un possible successeur du président Nazarbaïev, âgé de 78 ans et à la tête de cette ex-république soviétique depuis près de 30 ans.

Cette annonce intervient dans un contexte de mécontentement croissant face à la hausse des prix dans un pays frappé de plein fouet par la chute prix du pétrole de 2014-2015 et la crise économique chez son voisin et allié russe, qui a conduit à la dévaluation de la monnaie kazakhe.

Le président kazakh a reproché au gouvernement de ne pas avoir su diversifier une économie très dépendante de ses vastes ressources en hydrocarbures, dont les prix ont connu des fluctuations importantes ces dernières années.

"La croissance du PIB est principalement due aux ressources naturelles" du Kazakhstan, a relevé M. Nazarbaïev,

"Le gouvernement et la banque centrale ne sont pas parvenus à totalement créer les conditions et les outils pour une croissance qualitative de l'économie", a-t-il poursuivi, soulignant l'échec des programmes destinés à faire progresser le niveau de vie.

"Les revenus réels de la population n'ont pas augmenté. La part des dépenses des familles pour se nourrir est en hausse", a noté le président kazakh.

Vos commentaires