Kobe Steel nomme son nouveau PDG après le scandale des données truquées

Kobe Steel nomme son nouveau PDG après le scandale des données truquées
Le siège de Kobe Steel à Tokyo, le 9 mars 2018Toru YAMANAKA

Le sidérurgiste japonais Kobe Steel a nommé vendredi son futur PDG, quatre jours après l'annonce de la démission de l'actuel occupant du poste, pour tenter de restaurer la confiance après la révélation d'un scandale de données falsifiées.

Le conseil d'administration du groupe a choisi Mitsugu Yamaguchi, actuel vice-président exécutif, qui prendra ses fonctions à partir du 1er avril prochain, selon un communiqué.

A 60 ans, M. Yamaguchi est entré dans le groupe en 1981 et a occupé différentes fonctions, notamment au sein de son activité de machines.

Il succèdera à Hiroya Kawasaki, contraint de démissionner mardi après la publication d'un rapport d'enquête qui a montré une extension du nombre de clients touchés par le scandale.

L'affaire des données falsifiées avait éclaté début octobre 2017. Le groupe avait alors expliqué que des salariés avaient enjolivé les propriétés techniques de produits ou fabriqué des données, pour satisfaire aux exigences de leurs chefs, en quête de toujours plus de profits.

Kobe Steel avait dans un premier temps recensé 525 clients touchés, mais de nouveaux cas ont été détectés dans le cadre d'une enquête interne dont les résultats ont été dévoilés cette semaine, et le nombre de clients affectés dépasse les 600, dont 222 firmes étrangères.

Parmi elles, figurent les constructeurs d'automobiles nippons Toyota, Honda et Mazda, ou encore l'américain General Motors. Des groupes aéronautiques, comme Boeing, et de défense sont aussi sur la liste, et le département américain de la Justice s'est saisi du dossier.

Ce scandale était venu ternir un peu plus la réputation de l'industrie japonaise, déjà éclaboussée par toute une série de défaillances de contrôle qualité et de gouvernance.

Vos commentaires