L'aérodrome de Temploux intègre le drone dans l'aviation civile

L'aérodrome de Temploux intègre le drone dans l'aviation civile

(Belga) Le ministre fédéral de la mobilité et du transport, François Bellot, a visité mardi matin l'aérodrome de Temploux (Namur), dans le cadre de la nouvelle implantation d'EspaceDrone, un centre de formation de télépilotes, et ce, en étroite cohabitation avec des activités variées d'aviation civile. L'objectif de la visite était de découvrir les infrastructures, les procédures de sécurité mises en place et de rencontrer les acteurs de cette discipline tout en appréhendant les enjeux futurs du secteur.

"Je voulais me rendre compte sur place de quelle manière sont assurées toute la sécurité et la compatibilité entre les différentes activités, dont le parachutisme, les hélicoptères, les avions et bien d'autres", a expliqué le ministre. En effet, Temploux est un centre unique où cohabitent diverses pratiques permettant aux futurs pilotes d'appréhender au mieux la réalité du ciel belge. "Les pilotes en formation apprennent ici les bons gestes, et même s'ils sont confrontés à un avion, ici ils savent comment réagir". Le domaine des drones est un secteur en pleine expansion doté d'une législation en matière de sécurité très stricte. Ainsi, l'aérodrome de Temploux accueille depuis le mois de janvier "l'EspaceDrone", un centre de formation agréé permettant de devenir pilote de drone au travers d'une formation théorique et pratique, qui avait ouvert ses portes en 2014 sur le site de l'ULModrome de Liernu (Namur). Actuellement, l'école accueille 600 élèves, principalement tous apprentis pilotes de classe 1. Par cette visite, l'objectif du ministre était aussi de rencontrer les représentants du secteur pour répondre aux enjeux en matière juridique, légal, sécuritaire et économique. "Les applications du drones sont infinies, et nous avons des demandes tant du secteur de la santé, qu'au niveau agricole ou par le monde académique et universitaire sur cette question, mais le contexte juridique et légal empêche actuellement le développement des drones. Nous réfléchissons donc à une solution pour permettre l'évolution du secteur tout en garantissant un niveau élevé de sécurité", a conclu François Bellot. (Belga)

Vos commentaires