En ce moment
 

L'Argentine obtient l'aide du FMI en échange d'une cure d'austérité

L'Argentine obtient l'aide du FMI en échange d'une cure d'austérité
Le gouverneur de la Banque centrale argentine Federico Sturzenegger (gauche) et le ministre des Finances Nicolas Dujovne, à Buenos Aires, le 7 juin 2018 EITAN ABRAMOVICH

Pour consolider son économie fragile, l'Argentine s'est tournée vers le Fonds monétaire international (FMI) qui lui a accordé un prêt de 50 milliards de dollars, en échange d'un engagement à de profondes réformes pour limiter les dépenses de l'Etat.

"Nous avons fait appel au FMI à titre préventif, pour éviter une crise", a déclaré le ministre argentin de l'Economie Nicolas Dujovne lors d'une conférence de presse à Buenos Aires.

"Nous sommes engagés dans la construction d'un pays normal. C'est un soutien à notre programme, avec comme objectif que l'économie croisse, que l'inflation et la pauvreté diminuent", a poursuivi le ministre argentin.

La situation de l'Argentine n'est pas catastrophique, mais le pays sud-américain a besoin de renforcer ses réserves, stabiliser le marché des changes et créer un meilleur climat économique pour attirer les investissements. L'inflation annuelle dépasse les 20% depuis 10 ans.

Le président argentin de centre droit Mauricio Macri avait sollicité l'aide du FMI et son ministre de l'Economie avait entamé le 8 mai des pourparlers avec le Fonds.

- Equilibre en 2020-

De Washington, le FMI a précisé que l'accord devait encore être approuvé par le directoire du FMI.

La directrice générale du FMI Christine Lagarde a "félicité les autorités argentines" est s'est dit ravie que le Fonds puisse "contribuer à cet effort en apportant un soutien financier, qui donnera confiance aux marchés".

"Le plan économique du gouvernement argentin comprend un rééquilibrage de la situation budgétaire. Nous saluons cette priorité et l'intention d'accélérer le rythme du réduction du déficit budgétaire pour arriver à l'équilibre en 2020".

Le ministre argentin a précisé que l'Argentine s'était fixé comme objectif une inflation de 17% pour 2019, 13% pour 2020 et 9% pour 2021.

L'accord révise l'objectif de déficit budgétaire, avant paiement de la dette, à 2,7% du PIB en 2018, contre 3,2%¨prévu précédemment.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a salué l'accord dans un communiqué diffusé jeudi soir en rappelant le "soutien des Etats-Unis à la vision de M. Macri pour transformer l'économie de son pays et libérer son potentiel de croissance".

- Eviter une "récession féroce" -

Après la crise du peso d'avril/mai, au cours de laquelle la monnaie argentine s'est dépréciée de près de 20%, Mauricio Macri a fixé comme priorité la baisse du déficit budgétaire. Le déficit budgétaire est passé de 6 à 3,9% du PIB en deux ans de gestion de M. Macri, arrivé au pouvoir fin 2015.

Cette politique de rigueur, c'est un mauvais moment à passer pour la population, avertit l'économiste Daniel Marx, ancien secrétaire aux Finances, mais le pays "en tirera les bénéfices ensuite".

L'économiste Carlos Fara souligne que le gouvernement devra veiller à ce que "ne s'installe pas une récession féroce. Pour l'heure, les économistes et chefs d'entreprises annoncent un ralentissement, accentué par les ajustements inévitables pour réduire les dépenses publiques".

"Cette année, on va croître un peu moins et l'inflation sera plus forte que prévu", a admis M. Dujovne.

Après une croissance de 2,8% en 2017, la prévision d'augmentation du PIB pour 2018 est d'environ 1,8%, alors que les autorités tablaient initialement sur 3%.

L'accord avec le FMI intervient dans un contexte de tensions entre le gouvernement et les syndicats. L'inflation est repartie de plus belle en 2018, plus de 10% depuis le début de l'année, et gouvernement freine les augmentations de salaire.

Un peu plus tôt, le ministre de l'Economie a rencontré au palais présidentiel les syndicats, qui menacent de convoquer une grève générale, se plaignant que les hausses de salaires ne compensent pas l'inflation.

Le dernier recours au FMI de l'Argentine remonte aux années 1990. Le président Carlos Menem (1989-1999) avait instauré un taux de change fixe, un peso argentin équivalant à un dollar, une politique soutenue par le FMI qui avait conduit le pays au défaut de paiement et à la crise économique de 2001.

"Ce n'est pas le même FMI", a déclaré à plusieurs reprises ces derniers mois le chef du gouvernement Marcos Pena, pour rassurer les Argentins, préoccupés de voir revenir le Fonds dans l'orbite de la troisième économie d'Amérique latine.

Vos commentaires