En ce moment
 

L'enquête sur le piratage de Belgacom pointe vers les services secrets britanniques

(Belga) Les conclusions du parquet fédéral de l'enquête sur l'opération de piratage de Belgacom, mise à jour fin 2013, pointent vers les services secrets britanniques GCHQ, rapportent De Tijd et L'Echo jeudi.

Le parquet général a pu reconstituer une grande partie des faits et a transmis un rapport confidentiel sur ses principales conclusions au ministre de la Justice Koen Geens. L'enquête s'est appuyée sur un vingtaine de slides "top secret" du Network Analysis Centre, un département du GCHQ, que le lanceur d'alerte Edward Snowden a communiqués parmi d'autres documents à la presse sur l'Operation Socialist, le nom de code que les services secrets britanniques GCHQ ont donné au piratage. Dans le cas du piratage de Belgacom, la cible était les "routeurs GRX" de Belgacom et de BICS, dans le but d'accéder aux communications entre smartphones par roaming, quand des opérateurs laissent des clients d'autres opérateurs accéder à leur réseau. Les communications étaient interceptées via des opérations "homme-du-milieu", qui consistent à dévier vers soi des communications sans que ni l'expéditeur, ni le destinataire ne s'en rendent compte. Pour y parvenir, il a été nécessaire de pirater des ordinateurs de personnes clés au sein de Belgacom, par exemple dans l'entretien et la sécurité. Elles sont notamment tombées dans le piège via de faux messages LinkedIn. Les experts sont persuadés que le feu vert au piratage a été donné à un très haut niveau, peut-être même par le ministre britannique des Affaires étrangères. Si les slides n'avaient pas fuité, les preuves contre les Britanniques seraient relativement maigres. (Belga)

Vos commentaires