En ce moment
 
 

Explosions sur un pétrolier iranien: Téhéran accuse "un gouvernement"

Explosions sur un pétrolier iranien: Téhéran accuse
Photo distribuée le 14 octobre 2019 par la compagnie étatique iranienne National Iranian Tanker Company (NITC), montrant deux trous dans la coque du pétrolier Sabiti, après une attaque présumée en me-

L'Iran a accusé lundi "un gouvernement" d'être derrière deux explosions survenues le 10 octobre à bord d'un pétrolier iranien en mer Rouge et présentées par Téhéran comme une attaque de missiles.

"Sans aucun doute, un gouvernement a été impliqué. Ce n'était pas une action commise par des terroristes ou par un groupe ou un individu. C'est le fait d'un gouvernement", a déclaré le président Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran.

"C'était un acte hostile et perfide", a-t-il ajouté. "Nous enquêtons pour déterminer quel gouvernement est impliqué".

M. Rohani a déclaré que son pays avait un enregistrement vidéo montrant qu'un certain nombre de "roquettes" avaient été tirées en direction du pétrolier Sabiti, et que deux avaient touché le navire.

Plus tôt, la société étatique National Iranian Tanker Company (NITC), propriétaire du Sabiti, avait publié des photos datées de dimanche montrant deux trous au-dessus de la ligne de flottaison sur le côté tribord du navire.

Selon la NITC, le Sabiti a été touché vendredi par deux explosions "probablement causées par des frappes de missiles" à environ 100 kilomètres des côtes saoudiennes occidentales, au large du port de Jeddah. Les explosions ont causé une fuite de pétrole en mer Rouge qui a été maîtrisée.

C'est le premier navire iranien touché par des explosions depuis une série d'attaques ayant visé en mai et juin des navires dans le Golfe, région stratégique pour l'approvisionnement mondial de pétrole.

Samedi, le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, Ali Shamkhani, a assuré que l'"attaque" contre le Sabiti ne resterait pas "sans réponse".

La NITC a nié que le navire avait été attaqué à partir du sol saoudien comme l'avait rapporté certains médias iraniens.

Ces derniers mois, les tensions dans le Golfe ont été exacerbées également par des saisies de pétroliers, la destruction d'un drone américain par Téhéran et des attaques sur le sol saoudien.

En septembre, l'Arabie saoudite et les Etats-Unis, ont accusé l'Iran, leur ennemi juré, d'être responsable de frappes contre deux sites pétroliers dans l'est du royaume saoudien, qui avaient brièvement fait bondir les prix du brut de 20%.

Téhéran a nié toute implication dans ces attaques revendiquées par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l'Iran et combattus par une coalition militaire dirigée par Ryad.

Selon le site MarineTraffic, spécialisé dans le suivi des navires, le Sabiti, qui doit rentrer en Iran selon la NITC, se rapprochait lundi soir du détroit de Bab al-Mandeb, entre la mer Rouge et l'océan Indien.

Vos commentaires