La Bourse de Paris attend tranquillement la réouverture des places américaines

La Bourse de Paris attend tranquillement la réouverture des places américaines
La Bourse de Paris finit lundi en petite hausseERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris évoluait à l'équilibre (-0,10%) mardi matin, le calme continuant à dominer parmi les investisseurs dans l'attente de la réouverture des marchés américains fermés lundi pour un jour férié.

A 09H48, l'indice CAC 40 perdait 5,57 points à 5.408,23 points. La veille, il avait fini en très légère hausse de 0,13%, en l'absence de Wall Street.

"Ce mardi, le marché va se focaliser sur les indicateurs américains et notamment la publication de l'ISM manufacturier, en l'absence d'annonce majeure du côté européen", a noté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"La croissance du PIB américain au 2e trimestre a dépassé toutes les attentes mais, depuis, les contre-performances s'accumulent pour l'économie américaine, faisant craindre l'enclenchement d'un ralentissement économique", a-t-il complété.

"Toujours du côté américain, le marché va aussi attendre avec un peu d'anxiété la mise en œuvre de nouvelles barrières douanières à l'égard de la Chine par les Etats-Unis, à partir du 6 septembre, ce qui va irrémédiablement dégrader encore un peu plus le cycle de croissance mondiale", a souligné l'expert.

Du côté des indicateurs, l'agenda se résume à l'ISM américain.

En matière de valeurs, Scor bondissait de 7,25% à 38,02 euros, après avoir refusé une offre de rachat venant du groupe Covéa, poids lourd de l'assurance mutualiste, qui proposait 43 euros par titre.

Iliad de son côté perdait 2,87% à 104,95 euros, pénalisé par la révision de certains objectifs. Le reste du secteur était également mal orienté, Orange perdant 0,75% à 13,85 euros et Bouygues Telecom 1,43% à 36,44 euros.

Société Générale prenait 1,15% à 35,78 euros après avoir annoncé avoir provisionné 1,1 milliard d'euros pour régler son litige avec les autorités américaines, qui lui reprochent d'anciennes transactions impliquant des pays faisant l'objet de sanctions économiques de Washington, notamment l'Iran.

  1. Euronext Cac 40

Vos commentaires