En ce moment
 
 

La Bourse de Paris avance (+0,45%) sur un terrain commercial en apparence déminé

La Bourse de Paris avance (+0,45%) sur un terrain commercial en apparence déminé
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

La Bourse de Paris a clôturé en hausse de 0,45% lundi, les investisseurs s'appuyant sur des déclarations jugées rassurantes dans le dossier des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

L'indice CAC 40 a gagné 24,15 points pour terminer à 5.351,02 points, dans un volume d'échanges faible de 2 milliards d'euros. Vendredi, il avait fini en net recul de 1,14%.

Après avoir ouvert sur un petit repli, la cote parisienne a entrepris de remonter la pente, s'essoufflant toutefois un peu au moment de la conférence de presse finale du sommet du G7 à Biarritz.

"Donald Trump a indiqué qu'il y avait des échanges téléphoniques entre les équipes commerciales américaines et chinoises. Cela n'a pas été confirmé mais cela a suffi au marché pour remonter", résume Alexandre Baradez, chez IG France.

Le président américain a annoncé avoir reçu deux appels de la partie chinoise en faveur de la poursuite des consultations commerciales bipartites.

Interrogé lors d'un point de presse, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang, a dit ne pas être au courant de la conversation évoquée par M. Trump.

Cependant, le principal négociateur chinois, Liu He, a assuré que Pékin était prêt à "résoudre calmement le problème par des consultations et la coopération".

Juste avant la clôture des marchés européens lundi, le président américain a estimé que Pékin n'avait "pas le choix" et devait céder aux pressions américaines dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

"Les plus gros mouvements de marché ces derniers mois se font sur les allers-retours entre les Etats-Unis et la Chine, un coup positif et un coup négatif", observe M. Baradez.

Pour preuve, vendredi, les marchés ont décroché devant l'escalade des tensions entre Washington et Pékin tandis que la séance de lundi a été positive et dynamique.

Cependant, "on voit mal comment après l'annonce de vendredi les relations vont se détendre d'un coup", d'autant qu'il n'y a pour l'instant "pas de signe concret" d'une prochaine rencontre, se méfie l'expert.

Aucune date n'a été fixée pour cette reprise de contact. Lors de leur dernière négociation à Shanghai fin juillet, les deux parties avaient convenu de se revoir en septembre aux Etats-Unis, sans plus de précision.

En outre, "le contexte macroéconomique ne plaide pas pour un mouvement de hausse soutenu", a estimé M. Baradez, ce qu'est venu confirmer le baromètre allemand ifo publié lundi.

Le moral des entrepreneurs allemands a poursuivi en août sa baisse pour atteindre son plus bas niveau depuis novembre 2012 sur fond de ralentissement économique et de guerre commerciale.

La Bundesbank a averti la semaine dernière que l'économie allemande pourrait entrer en récession au troisième trimestre sous l'effet d'une "nette contraction" de la production industrielle.

Par ailleurs, il faut encore attendre plusieurs semaines avant les réunions des banques centrales américaine et européenne autour de la mi-septembre.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires