En ce moment
 
 

La Bourse de Paris clôture à son plus haut annuel (+0,68%)

La Bourse de Paris clôture à son plus haut annuel (+0,68%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

La Bourse de Paris a terminé dans le vert jeudi (+0,68%), clôturant à son plus haut niveau annuel, après une décision de la Fed bien accueillie par les investisseurs en dépit d'un message modérément accommodant.

L'indice CAC 40 a pris 38,43 points à 5.659,08 points, dans un volume d'échanges moyen de 3,2 milliards d'euros. La veille, il avait fini à l'équilibre (+0,09%).

La cote parisienne a ouvert à l'équilibre avant de monter en puissance, pour finalement terminer à un nouveau plus haut annuel en clôture.

"Le marché, euphorique, continue sur sa lancée et vient se rapprocher de ses plus hauts annuels de l'année" en séance, soit 5.672,77 points, a souligné auprès de l'AFP Marco Bruzzo, directeur général délégué chez Mirabaud AM.

"Le commentaire du président de la Fed, Jerome Powell, qui était attendu comme le grand événement de la semaine n'a pas inquiété les investisseurs", a-t-il complété.

Comme anticipé par les marchés, la Banque centrale américaine a annoncé mercredi une modeste baisse des taux d'intérêt, de 25 points de base, la deuxième en deux mois, mais le Comité monétaire est apparu très divisé sur la décision.

La surprise dans la communication de la Fed a été que "trois membres n'étaient pas favorables à la baisse de taux", selon M. Bruzzo, mais le fait que la Banque centrale américaine "continue de rester droite dans ses bottes en disant qu'elle prendrait le temps d'agir" en fonction de l'évolution des données économiques, a "été plutôt bien perçu par le marché".

Le regain d'appétit des investisseurs pour le risque se traduisait aussi par une rotation sectorielle en matière de valeurs, qui profitait en premier lieu aux banques.

"Le secteur bancaire et les valeurs cycliques", notamment l'automobile, "reprennent des couleurs", a souligné M. Bruzzo.

Les cours du pétrole sont par ailleurs remontés mercredi après des informations selon lesquelles l'Arabie Saoudite cherchait à acheter du brut et des produits du pétrole à des pays étrangers.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, en tournée dans le Golfe, a de son coté assuré jeudi à Abou Dhabi que les Etats-Unis privilégiaient une "solution pacifique" avec l'Iran, qu'il accuse d'être à l'origine de la récente attaque contre des installations pétrolières en Arabie saoudite.

Du côté des indicateurs, les reventes de logements aux Etats-Unis ont progressé en août pour le deuxième mois consécutif, surprenant les analystes, tandis que l'activité manufacturière de la région de Philadelphie (nord-est des Etats-Unis) a ralenti en septembre mais moins que prévu, les industriels demeurant optimistes pour l'avenir.

- Les banques tirent la cote -

Sur le terrain des valeurs, les banques ont fini dans le quatuor de tête du CAC 40. Société Générale a pris 2,71% à 26,00 euros, Crédit Agricole 1,95% à 11,25 euros et BNP Paribas 2,16% à 44,75 euros.

ArcelorMittal a souffert en revanche (-4,78% à 14,07 euros) des prévisions inférieures aux attentes du sidérurgiste américain U.S. Steel.

Air Liquide est monté de 1,40% à 130,00 euros dans la foulée de l'annonce d'un investissement de plus de 270 millions de dollars (245 M EUR) pour la construction de deux unités de séparation des gaz de l'air aux États-Unis, dans le cadre d'un contrat avec le chimiste canadien Methanex.

Casino a été porté (+2,29% à 43,83 euros) par des informations des Echos selon lesquelles le groupe serait en négociations pour céder sa filiale Leader Price à Aldi.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires