La Bourse de Paris continue à souffrir des perspectives dégradées pour Apple

La Bourse de Paris continue à souffrir des perspectives dégradées pour Apple
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris restait mal orientée jeudi à la mi-journée (-1,09%), souffrant toujours de la dégradation de ses revenus trimestriels prévue par l'américain Apple en lien avec le ralentissement économique chinois.

A 13H33 (12H33 GMT), l'indice CAC 40 perdait 51,09 points à 4.638,30 points, dans un volume d'échanges d'un milliard d'euros. La veille, l'indice avait reculé de 0,87%.

La cote parisienne a ouvert en nette baisse et n'a pas réussi à se redresser depuis.

Wall Street se dirigeait également vers une ouverture en net repli. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 1,44%, celui de l'indice élargi S&P 1,44% et celui du Nasdaq, à dominante technologique, 2,19%.

"Entre les craintes d'un ralentissement de la croissance mondiale et Apple qui après Bourse a abaissé sa prévision de chiffre d'affaires trimestriel (...), les investisseurs y voient la concrétisation de leurs anticipations dans le bras de fer qui oppose Washington et Pékin", a souligné Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Ce "rare avertissement (sur ses résultats) provenant d'Apple" est venu s'ajouter "aux inquiétudes concernant le ralentissement de la croissance mondiale, la baisse des bénéfices et les marchés des changes", a aussi observé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Dans une lettre aux investisseurs publiée à la clôture de la Bourse, le patron du groupe, Tim Cook, a évoqué le renforcement du dollar et la décélération "plus forte que prévu" de l'économie chinoise pour justifier cette révision à la baisse.

- STMicroelectronics dévisse -

"Autre élément contrariant, la construction du mur à la frontière mexicaine que Donald Trump veut faire voter par le Congrès continue de faire des vagues" alors qu'aujourd'hui "sera investi le 116e Congrès des Etats-Unis, désormais à majorité démocrate. Autant de prétextes pour continuer" à alimenter un courant de ventes, a complété M. Pichard.

Du côté des indicateurs, la croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro aux particuliers et aux entreprises de la région est restée stable en novembre, selon des chiffres publiés par la Banque centrale européenne(BCE).

Outre-Atlantique, les créations d'emplois dans le secteur privé (enquête ADP) pour janvier sont attendus dans l'après-midi, tout comme les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et l'indicateur d'activité manufacturière (ISM) pour décembre.

Sur le terrain des valeurs, le secteur technologique souffrait de l'avertissement sur résultat d'Apple et tout particulièrement STMicroelectronics, fournisseur de composants du groupe américain, qui dévissait de 9,39% à 11,01 euros.

Soitec perdait 4,61% à 50,65 euros, Atos 3,43% à 69,32 euros et Ingenico 1,98% à 48,09 euros.

Comme la veille, les craintes d'un ralentissement chinois se faisaient sentir également sur le luxe. LVMH s'enfonçait de 2,92% à 245,90 euros, Kering de 4,02% à 386,60 euros et Hermès de 2,78% à 464,30 euros.

Bourbon gagnait 6,29% à 3,55 euros, profitant de l'annonce du renouvellement de la dispense lui permettant de différer le remboursement de ses loyers et de sa dette, dans le cadre des négociations avec ses créanciers.

DBV Technologies bondissait de 13,85% à 13,97 euros, dynamisé par l'annonce d'un renforcement au niveau des directions médicales et des opérations pharmaceutiques.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires