En ce moment
 
 

La Bourse de Paris continue d'espérer une détente commerciale (+0,68%)

La Bourse de Paris continue d'espérer une détente commerciale (+0,68%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris conservait son entrain (+0,68%) lundi à mi-séance, continuant à profiter d'informations de presse selon lesquelles Pékin et Washington seraient proches de la conclusion d'un accord commercial.

A 13H36 (12H36 GMT), l'indice CAC 40 prenait 35,72 points à 5.300,91 points, dans un volume d'échanges de 860 millions d'euros. Vendredi, il avait fini en hausse de 0,47%.

La cote parisienne a démarré la séance dans le vert et a ensuite gardé son optimisme.

Wall Street se préparait à ouvrir également en hausse. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avançait de 0,32%, l'indice élargi S&P de 0,30% et le Nasdaq, à dominante technologique, de 0,49%.

"Un an après l'affirmation du président Donald Trump selon laquelle les guerres commerciales sont bénéfiques et faciles à gagner, les investisseurs semblent optimistes quant au fait qu'un certain type d'arrangement entre les Etats-Unis et la Chine puisse être à portée de main", a résumé dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Selon le Wall Street Journal, les négociations sino-américaines du mois dernier ont permis de circonscrire les principales divergences et ouvert la voie à la signature d'un accord entre les présidents américain, Donald Trump, et chinois, Xi Jinping, à la fin mars.

Toujours selon le quotidien américain, mais aussi selon l'agence Bloomberg, Pékin a provisoirement accepté d'abaisser les tarifs douaniers ou d'assouplir certaines restrictions, d'œuvrer plus rapidement à l'ouverture de son marché automobile et d'augmenter ses importations de marchandises américaines.

En échange des concessions chinoises, Washington supprimerait la plupart des sanctions commerciales qu'il avait imposées l'année dernière, ont indiqué ces mêmes sources.

"La nécessité pour les deux pays de mettre un terme à la guerre commerciale se fait de plus en plus pressante alors que les derniers indicateurs économiques attestent de son impact croissant sur l'activité", a commenté pour sa part dans une note Thierry Claudé, gérant chez Kiplink Finance.

L'autre élément qui devrait être en ligne de mire des investisseurs cette semaine sera la réunion de la BCE jeudi.

"Il y a fort longtemps qu'une réunion de l'institution n'avait pas suscité un tel intérêt", a souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Sur le front du Brexit, le négociateur de l'Union européenne Michel Barnier rencontrera mardi à Bruxelles les négociateurs britanniques, a annoncé lundi un porte-parole de l'UE, alors que plusieurs votes importants sont prévus la semaine prochaine au Parlement britannique.

Michel Barnier a indiqué que l'UE était prête à fournir des garanties supplémentaires au Royaume-Uni afin de faciliter l'approbation de l'accord de divorce par le Parlement britannique, dans un entretien publié samedi par plusieurs journaux européens.

Du côté des indicateurs, le marché automobile allemand a enregistré en février un rebond de 3,0% sur un an des immatriculations de voitures neuves, dans un contexte de ralentissement économique.

Les dépenses de construction pour décembre aux Etats-Unis sont également attendues.

- Air France-KLM à la peine -

En matière de valeurs, Air France-KLM reculait de 2,32% à 11,18 euros. La France et les Pays-Bas ont décidé de prendre en main l'avenir du groupe franco-néerlandais Air France-KLM et mis en place vendredi un groupe de travail sur l'avenir de l'entreprise, après les fortes tensions déclenchées par la prise de participation surprise des Néerlandais.

Casino était pénalisé (-1,18% à 46,84 euros) par l'abaissement de sa recommandation à "conserver" contre "acheter" auparavant par Société Générale.

Carrefour cédait 1,33% à 17,48 euros. Le PDG du groupe, Alexandre Bompard, plaide pour davantage d'équité entre la taxation des grands groupes de distribution français et celle des plateformes américaines ou chinoises, dans un entretien avec le Journal du Dimanche.

Interparfums montait de 5,44% à 47,45 euros, profitant du relèvement lundi de son objectif annuel de chiffre d'affaires pour l'exercice en cours, sur fond de bond de son bénéfice net en 2018.

Société Générale gagnait 0,96% à 27,30 euros après que le groupe bancaire français a annoncé vendredi la finalisation de deux cessions - sa participation de 35% dans La Banque Postale Financement et ses activités banque privée en Belgique - qui s'inscrivent dans le cadre de son plan de recentrage stratégique.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires