En ce moment
 

La Bourse de Paris dans l'expectative face aux craintes commerciales

La Bourse de Paris  dans l'expectative face aux craintes commerciales
La Bourse de Paris était en légère baisse lundi matinERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris a terminé à l'équilibre lundi (-0,07%), restant dans l'expectative face à la pression commerciale entre les États-Unis et la Chine.

L'indice CAC 40 a cédé 3,70 points à 5.348,87 points dans un volume d'échanges peu étoffé de 2,8 milliards d'euros. Vendredi, il avait fini en hausse (+0,46%).

La cote parisienne est restée indécise tout au long d'une séance à l'agenda peu étoffé.

"Le marché reste vigilent" dans une "ambiance assez lourde, après les informations du week-end", a indiqué à l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

"Le marché reste méfiant car les investisseurs ont bien compris que c'est l'enjeu de cette semaine", a-t-il souligné.

Le Washington Post et le Wall Street Journal ont rapporté au cours du week-end que Donald Trump avait l'intention d'annoncer "dans les prochains jours" une nouvelle série de droits de douane sur les importations chinoises.

Pékin a riposté en promettant lundi d'adopter des "mesures de rétorsion" pour protéger ses intérêts, si les États-Unis mettaient à exécution leur projet.

"Les investisseurs se préparent à ce que la bataille commerciale entre les États-Unis et la Chine prenne une nouvelle tournure négative", a également estimé David Madden, analyste chez CMC Markets.

Par ailleurs, "le rebond de l'euro" constitue, selon M. Baradez, "un soutien de moins pour le marché dans un contexte un peu fragile".

- Le luxe en recul -

Dans ce contexte de craintes commerciales, sur le terrain des valeurs, le secteur du luxe a été pénalisé.

Kering a enregistré l'une des plus fortes baisses de l'indice (-1,39%) à 441 euros LVMH a aussi lâché 1,44% à 288,15 euros.

Orchestra-Prémaman a reculé mécaniquement (-12,2%) à 1,19 euro, après le lancement prévu d'une augmentation de capital pour restructurer sa dette, au prix de 1,03 euro par titre.

Le titre Air France-KLM a pour sa part fini en hausse (+2,11%) à 8,72 euros.

Le nouveau patron d'Air France-KLM Benjamin Smith a donné lundi des gages de confiance aux salariés au moment de prendre les commandes du géant européen du transport aérien, promettant d'investir 50% de sa rémunération fixe en titres du groupe, soit 450.000 euros par an.

Les valeurs bancaires ont bien résisté, aidées par la progression des taux d'emprunt sur le marché obligataire, Société Générale clôturant en progression de 1,38% à 36,31 euros, comme BNP Paribas (+0,56% à 51,83 euros) ou Crédit Agricole (+1,05% à 12,49 euros).

Casino (+7,63% à 35,40 euros) a profité de la signature d'une ligne de crédit de son principal actionnaire Rallye d'un montant de 500 millions d'euros.

  1. Euronext CAC 40

Vos commentaires