En ce moment
 

La Bourse de Paris démarre la semaine prudemment

La Bourse de Paris démarre la semaine prudemment
La Bourse de Paris commence la semaine à l'équilibreERIC PIERMONT
paris

La Bourse de Paris évoluait proche de l'équilibre lundi matin (+0,08%), aidée par l'accord passé entre les Etats-Unis et le Canada, après une fin de semaine rendue difficile par l'annonce du déficit italien.

A 09H25, l'indice CAC 40 prenait 4,20 points à 5.497,69 points. Vendredi, il avait fini en baisse de 0,85%.

"Les investisseurs attendaient patiemment de bonnes nouvelles sur le plan commercial depuis que les Etats-Unis ont fait grimper les tensions à ce sujet plus tôt dans l'année", a commenté Jasper Lawler, un analyste de London Capital Group.

"L'accord trilatéral met fin à des mois d'incertitude entourant le commerce nord-américain", a-t-il souligné.

Le Canada et les États-Unis ont annoncé dimanche soir, juste avant l'expiration d'un l'ultimatum fixé par Washington, "un accord de principe, de concert avec le Mexique" pour réformer le traité de libre-échange qui lie 500 millions de Nord-Américains depuis 1994.

"L'enjeu cette semaine pour l'indice parisien sera de renouer avec le niveau des 5.500 points qui a été franchi temporairement la semaine passée", a estimé de son côté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

L'indice parisien n'a pas réussi à se maintenir au-dessus de ce seuil, après l'annonce du déficit budgétaire italien, prévu à 2,4% pour les trois ans à venir, qui a notamment affecté les valeurs bancaires.

"On ne peut pas exclure que cette semaine soit encore marquée par l'Italie, puisque les discussions sur le budget vont encore continuer jusqu'à ce qu'il soit soumis à la Commission Européenne", à partir du 15 octobre, a précisé M. Dembik.

"Les investisseurs surveilleront les déclarations économiques du gouvernement italien", ont abondé pour leur part les experts de Mirabaud Securities Genève.

- Casino en hausse -

Du côté des indicateurs, l'agenda était dégarni, en dehors de l'indice ISM d'activité dans l'industrie aux Etats-Unis, en septembre.

En matière de valeurs, le secteur pétrolier progressait, dans le sillage de la hausse des cours du brut, après une semaine déjà marquée par une forte progression. TechnipFMC gagnait 1,48% à 27,50 euros et Total 0,50% à 56,12 euros.

Les valeurs bancaires, qui avaient été pénalisées vendredi après l'annonce du déficit italien, évoluaient encore dans le rouge. BNP Paribas perdait 0,85% à 52,26 euros, Crédit Agricole 0,82% à 12,28 euros et Société Générale 0,50% à 36,78 euros.

Casino prenait 3,06% à 37,33 euros, soutenu par l'annonce de la signature d'une promesse de vente contraignante des murs de 55 magasins Monoprix à un investisseur institutionnel pour 565 millions d'euros. Le distributeur est pressé par les marchés de réduire sa dette.

Sanofi grignotait 0,27% à 76,77 euros, porté par l'approbation aux Etats-Unis de Libtayo (cemiplimab), un nouveau médicament indiqué pour traiter un cancer de la peau, marquant l'entrée du géant pharmaceutique français dans l'immuno-oncologie.

Kaufman & Broad bondissait de 4,80% à 42,34 euros, profitant d'une hausse de son bénéfice net au troisième trimestre dans la lignée d'un excellent début d'année.

Eurofins s'adjugeait 0,37% à 490,80 euros, après l'annonce de l'acquisition de l'américain TestAmerica, spécialisé dans les analyses environnementales, pour 175 millions de dollars

Bonduelle grimpait de 4,98% à 28,45 euros, s'appuyant sur un bond de 20,9% de son bénéfice net au cours de son exercice décalé 2017-18, grâce à l'acquisition de la société américaine Ready Pac Foods acquise en 2017, devenue Bonduelle Fresh America.

Recylex lâchait 7,14% à 7,48 euros, après être tombé dans le rouge au premier semestre, pénalisé par la baisse de sa production dans le segment du plomb au sein de sa fonderie de Nordenham, en Allemagne.

Vos commentaires