En ce moment
 
 

La Bourse de Paris doute dans l'attente du vote sur le Brexit

La Bourse de Paris doute dans l'attente du vote sur le Brexit
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris glissait légèrement dans le rouge mardi à la mi-journée, après la publication d'un résultat américain qui a déçu les marchés et dans l'attente du vote britannique sur le Brexit.

A 13H30 (12H30 GMT), l'indice CAC 40 perdait 4,56 points à 4.758,19 points, dans un volume d'échanges de 1,18 milliard d'euros. La veille, l'indice avait fini en baisse pour la troisième séance d'affilée (-0,39%).

La cote parisienne a ouvert en hausse avant de réduire ses gains au cours de la matinée pour passer en territoire légèrement négatif au moment de la publication du bénéfice annuel record, mais moindre qu'escompté, de la société financière américaine JPMorgan Chase.

Wall Street se dirigeait pour sa part vers une ouverture dans le vert.

Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 0,03%, celui de l'indice élargi S&P 0,17% et celui du Nasdaq, à dominante technologique, 0,42%.

"Le vote au Parlement britannique constitue la principale attraction du jour, après la clôture européenne ce soir", a noté Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC. Même si, a-t-il ajouté, "il n'y a pas vraiment de suspense sur son issue".

"Il sera toujours possible de commenter les conséquences d'un rejet plus ou moins massif du plan de sortie proposé par Theresa May, mais le fait est que l'absence de visibilité sera toujours la principale certitude après ce vote", a-t-il complété.

Les députés britanniques se prononceront dans la soirée sur l'accord de divorce conclu avec Bruxelles. Si les députés votent le texte, le Brexit sera effectif le 29 mars à 23H00 GMT. Mais dans l'éventualité, jugée plus que probable, d'un rejet, le pays entrera "en territoire inconnu", a prévenu la Première ministre Theresa May.

En attendant ce scrutin crucial, les investisseurs se réconfortaient avec les mesures de relance en Chine, via de larges baisses d'impôt annoncées par Pékin.

Du côté des indicateurs, l'Allemagne a dégagé l'an dernier un nouvel excédent budgétaire record et échappé à une "récession technique", bien que sa croissance économique ait décéléré à 1,5% contre 2,2% l'année précédente.

La zone euro a enregistré en novembre un excédent commercial de 19 milliards d'euros, en baisse par rapport au même mois de 2017.

- Les valeurs technologiques en hausse -

Sur le terrain des valeurs, le secteur technologique profitait de l'embellie Capgemini prenait 2,67% à 90,04 euros, suivi par STMicroelectronics (+1,56% à 12,35 euros).

Eiffage profitait (+2,47% à 76,34 euros) du relèvement de sa recommandation à "acheter" par HSBC.

Spie était dynamisé pour sa part (+2,93% à 12,98 euros) par le début de suivi de son titre par MainFirst, avec la recommandation "surperformer"

Peugeot abandonnait 0,98% à 20,17 euros malgré des ventes mondiales record en 2018, à 3,88 millions de véhicules (+6,8%), grâce à l'intégration des marques Opel et Vauxhall qui a compensé la perte du marché iranien et la chute des livraisons en Chine.

Renault cédait 0,34% à 55,91 euros. Le tribunal de Tokyo a rejeté mardi la demande de libération sous caution de Carlos Ghosn, nouvelle tentative infructueuse des avocats du PDG du groupe, détenu au Japon pour des malversations financières présumées.

Carmat s'enfonçait de 8,43% à 24,45 euros, pénalisé par l'annonce du retard pris par une étude clinique décisive sur son cœur artificiel total. La société a indiqué mardi vouloir soumettre son dossier de "marquage CE" au "début 2020", alors qu'elle misait jusqu'à présent sur ce feu vert commercial européen dès 2019.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires