En ce moment
 

La Bourse de Paris en petite hausse, refroidie par les déboires de l'entourage de Trump (+0,18%)

La Bourse de Paris en petite hausse, refroidie par les déboires de l'entourage de Trump (+0,18%)
La Bourse de Paris devrait ouvrir en légère baisse le 22 août 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris progressait légèrement mercredi matin (+0,18%), refroidie par les déboires judiciaires de l'entourage de Donald Trump, au moment où la reprise des négociations sino-américaines suscite l'espoir d'un apaisement des tensions commerciales.

A 09H25 (07H25 GMT), l'indice CAC 40 prenait 9,93 points à 5.418,53 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,54%.

La cote parisienne a démarré en légère baisse "dans le sillage du fait que Michael Cohen, ex-avocat personnel de Donald Trump, a accepté (...) de plaider coupable devant un juge", ont estimé les experts de Mirabaud Securities Genève.

M. Cohen a plaidé coupable mardi de huit chefs d'accusation, dont cinq pour fraude fiscale et deux pour violation des lois sur le financement des campagnes électorales, tout en impliquant personnellement le président.

"C'est une mauvaise nouvelle pour Donald Trump car il (M. Cohen) était considéré comme +l'homme du président+ prêt à +prendre une balle pour le président+ selon ses propres dires", ont-ils ajouté.

En outre, l'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a été condamné mardi pour fraude bancaire et fiscale.

"Acculé comme jamais, Donald Trump pourrait redoubler d'agressivité et chercher à faire diversion, ce qui n'est peut-être pas une bonne nouvelle pour les relations internationales", ont indiqué les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Pour l'heure, les investisseurs se montraient prudemment optimistes avant le début de la reprise des négociations entre les Etats-Unis et la Chine.

Une délégation chinoise est attendue mercredi et jeudi aux Etats-Unis afin de renouer le dialogue. Il s'agit des premières discussions du genre depuis le début de la guerre commerciale que se livrent les deux premières puissances mondiales.

"Les opérateurs ont beaucoup d'espoir", a commenté David Madden, un analyste de CMC Markets.

"Depuis l'annonce de la rencontre, les investisseurs estiment que le fait même de s'asseoir autour de la table et de discuter du commerce est un pas dans la bonne direction", a-t-il ajouté.

- Valeurs bancaires en hausse -

Les investisseurs sont également dans l'attende de la publication, prévue en fin de journée, du compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed).

"La mise à jour nous donnera une meilleure idée de ce que pense la banque centrale américaine", a souligné M. Madden.

Deux hausses des taux d'intérêt ont déjà eu lieu en mars et en juin et les analystes tablent en majorité sur deux autres avant la fin de l'année.

Du côté des indicateurs, les prix du pétrole et des matières premières importées en France en juillet étaient attendus.

Le reste de l'agenda était américain. Les investisseurs prendront connaissance des reventes de logements en juillet et du niveau hebdomadaire des stocks de pétrole.

En matière de valeurs, les bancaires, qui ont récemment perdu du terrain, poursuivaient leur rebond. Crédit Agricole prenait 0,82% à 12,01 euros, Société Générale 0,69% à 35,95 euros et BNP Paribas 0,39% à 51,98 euros.

Les valeurs minières évoluaient dans le rouge, à l'instar d'ArcelorMittal (-0,75% à 25,75 euros) et d'Eramet (-0,76% à 78,55 euros).

Soitec gagnait 4,87% à 66,75 euros, soutenu par l'acquisition de Dolphin Integration, spécialiste de la conception de circuits intégrés.

Plastivaloire perdait 3,33% à 14,50 euros, après avoir vu son chiffre d'affaires augmenter de 1,4% au troisième trimestre de son exercice décalé 2017/18 et confirmé ses objectifs.

  1. Euronext CAC 40

Vos commentaires