En ce moment
 
 

La Bourse de Paris entame la semaine du bon pied (+0,66%)

La Bourse de Paris entame la semaine du bon pied (+0,66%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris a fini dans le vert (+0,66%) lundi, soutenue par des indicateurs bien orientés dans une séance par ailleurs calme, les investisseurs digérant les derniers développements sur le front commercial sino-américain avant la fermeture des marchés chinois pour une semaine.

L'indice CAC 40 a pris 37,21 points à 5.677,79 points, dans un volume d'échanges limité de 3,3 milliards d'euros. Vendredi, il avait terminé en hausse de 0,36%.

Des indicateurs "plus positifs qu'attendu" ont fait légèrement rebondir les marchés, même si les volumes d'échanges "restent toutefois assez faibles", a souligné auprès de l'AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale chez Oddo BHF Securities.

L'activité manufacturière en Chine a en effet connu en septembre un rebond inattendu, selon l'indice des directeurs d'achat (PMI), ressortant à son plus haut niveau depuis février 2018, même si elle reste dans la zone de contraction pour le cinquième mois de suite.

"Cela remet un peu plus de confiance à court terme dans les échanges", selon M. Jacoby.

Par ailleurs, "le marché essaye de digérer les signaux un peu contradictoires" envoyés par Donald Trump et sa tentative "d'empêcher les flux de capitaux asiatiques et chinois sur le sol américain", ce qui alimente le doute "sur un possible accord" commercial entre les Etats-Unis et la Chine, a-t-il complété.

Selon des informations de l'agence Bloomberg sorties vendredi, l'administration américaine réfléchissait à limiter les investissements américains en Chine.

Le conseiller économique du président américain, Peter Navarro, a toutefois remis en question la véracité de ces informations dans une interview lundi matin sur CNBC.

Ce nouveau développement intervient alors que les marchés chinois vont entrer, à compter de mardi, dans une période de sommeil d'une semaine en raison des célébrations du 70e anniversaire du régime communiste.

Côté statistiques, l'inflation en Allemagne a ralenti à 1,2% en septembre sur un an, s'éloignant de l'objectif de la Banque centrale européenne.

Le PIB britannique s'est pour sa part contracté de 0,2% au deuxième trimestre en raison des perturbations liées au Brexit, selon une seconde estimation.

Alors que les divisions autour de la sortie de l'UE sont à leur comble, Boris Johnson a estimé dimanche que "le meilleur moyen d'y mettre fin est d'accomplir le Brexit le 31 octobre et permettre à ce pays d'aller de l'avant".

- EDF profite des annonces de l'Etat -

Sur le terrain des valeurs, Saint-Gobain a progressé de 2,17% à 36,00 euros grâce à l'atteinte de son objectif de cessions annoncé pour la fin 2019.

EDF a gagné 1,88% à 10,27 euros, porté par l'annonce d'un versement d'au moins 400 millions d'euros de l'État pour la fermeture anticipée de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) l'an prochain, auxquels s'ajoutent des sommes représentant son manque à gagner.

Bouygues a profité (+2,08% à 36,75 euros) d'un relèvement de sa recommandation à "surperformer" contre "neutre" auparavant par Barclays.

Vinci est monté de 1,86% à 98,82 euros, soutenu par l'acquisition par sa branche énergie du groupe allemand OFM.

ALD a perdu 1,95% à 13,10 euros en dépit de l'annonce d'une enveloppe de 250 millions d'euros accordée par la Banque européenne d'investissement (BEI) à la filiale de la Société Générale spécialisée dans la location longue durée de véhicules, pour "développer sa gamme de véhicules hybrides et électriques dans des pays de l'Union Européenne".

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires