En ce moment
 

La Bourse de Paris finit en baisse

La Bourse de Paris finit en baisse
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018.ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris a terminé dans le rouge (-0,48%) vendredi, lestée notamment par les valeurs pétrolières et le luxe, les investisseurs renouant avec leurs craintes après la parenthèse liée aux élections américaines de mi-mandat.

L'indice CAC 40 a décliné de 24,70 points pour clôturer à 5.106,75 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,6 milliards d'euros. La veille, il avait fini en petit repli de 0,13%.

Sur la semaine écoulée, la place parisienne a fini quasiment stable (+0,09%). Depuis le 1er janvier, il s'est enfoncé de 3,87%.

Après avoir ouvert en baisse, la cote parisienne a passé le reste de la séance en territoire négatif.

"Il y a deux gros thèmes" qui pèsent sur le marché ce vendredi, a commenté auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

"Le premier est la Chine. Nous voyons que les plus grosses baisses du CAC 40 sont celles des valeurs du luxe - LVMH, Kering - et ce sont clairement les statistiques et le comportement des indices chinois" qui jouent, a-t-il complété.

Les prix à la production sont tombés en Chine à leur plus bas niveau en octobre depuis sept mois, selon des chiffres officiels publiés vendredi, qui confirment le ralentissement de l'activité dans un pays aux prises avec des sanctions commerciales américaines.

Nous n'avons pas l'impression que "concernant la Chine, les questions s'apaisent, et plus la banque centrale chinoise cherche à rassurer, plus cela donne le sentiment que l'économie est en train de ralentir", a détaillé M. Baradez.

Dans ce contexte, les acteurs de marché suivront de près la rencontre vendredi entre l'administration américaine et deux hauts responsables chinois, trois semaines avant un tête-à-tête attendu entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping en marge du G20.

"Le deuxième gros thème" affectant les marchés "est le pétrole" car la "baisse des cours depuis plusieurs semaines a un effet sur les valeurs du CAC 40", a-t-il souligné.

Le prix du baril de Brent, référence européenne du prix du pétrole, est passé vendredi sous les 70 dollars, après une dégringolade de plus de 20% en un peu plus d'un mois.

"Plus globalement, le marché se pose des questions sur le rythme de la croissance mondiale", a estimé M. Baradez.

Côté européen, les investisseurs restaient également préoccupés par la relation tendue entre Rome et Bruxelles autour du budget italien.

Rome a notamment fustigé jeudi les prévisions économiques de la Commission européenne, bien plus pessimistes que les siennes.

Du côté des indicateurs, la production industrielle française a reculé de 1,8% en septembre tandis que la confiance des consommateurs aux États-Unis s'est légèrement érodée en novembre tout en restant solide, selon l'Université du Michigan.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires